• Curé infirmier bricoleur et gouverneur, André Delaby de Chausey

     

     

     

    Curé infirmier bricoleur et gouverneur, André Delaby de Chausey

     

     

    « Quand on part de Granville et que l’on s’approche de l’archipel des îles Chausey, par temps clair avec un brin de soleil, on se sent littéralement saisi, après avoir quitté seulement depuis trois quarts d’heure ce que l’on est convenu d’appeler la civilisation avec tous ses raffinements, de se trouver en face d’un spectacle aussi sauvage et chaotique, émergeant avec des reflets dorés ou bruns, parfois verts quand il y a de l’herbe. On ne peut en détacher son regard, on est fasciné. »

    André Delaby, curé de Chausey (1977)

     

    Delaby

     

    Qui est donc cet étrange et mystérieux personnage ?

     Le dernier curé de Chausey

     

    Delaby

     

    Solide comme un roc, la peau burinée par les embruns et par le soleil, une grande barbe blanche, toujours coiffé d’un large béret délavé, l’abbé André Delaby a tout du vieux loup de mer. Ce n’est pas seulement une impression. Le dernier curé de Chausey s’est fait pêcheur parmi les pêcheurs. Avec le jardinage et le bricolage, la navigation à bord de son bateau « Avec Dieu », un canot de 7,50 mètres, est sa grande passion. On n’injuriera pas sa mémoire en disant que le père Delaby est un personnage hautement pittoresque.

     

    Delaby

     

    Il voit le jour boulevard Barbès à Paris où son père est cheminot. Au sortir du collège Sainte-Barbe, il suit les cours d’électricité et de mécanique industrielle de l’école Viollet d’où il sort avec son diplôme d’ingénieur en électricité. Sa vocation s’affirme durant son service militaire en Rhénanie. Entré au grand séminaire en 1925, il est ordonné prêtre en 1931 à Coutances (sa famille s’est retirée à Blainville-sur-Mer). D’abord vicaire à Tourlaville, il est ensuite nommé curé de Flottemanville-Bocage, de Sortosville-Bocage, de Saint-Cyr-Bocage et d’Éroudeville avant de succéder en 1950 à l’abbé Pierre Jourdan comme curé des îles Chausey.

     

    Delaby

     

    Jusqu’en 1966, il va y faire fonction d’instituteur, rétribué par la ville de Granville. Il adapte ses cours au rythme des marées et des saisons. À la fin de chaque année scolaire, il organise une distribution solennelle des prix à l’ombre d’un figuier. Le préfet, l’inspecteur d’académie, le représentant du préfet maritime et le député se font un devoir d’assister à cette cérémonie !

     

    Delaby

     

    L’abbé Delaby fait aussi office d’infirmier, de mécanicien, de sauveteur, de radio et de secrétaire du syndicat d’initiative ! La légende ajoute qu’il pratique même des accouchements. Le 25 décembre 1970, par décret municipal, il est nommé gouverneur des îles. Le dernier gouverneur.

    En 1980, il se retire de Chausey pour une retraite bien méritée à Hudimesnil où il se met à l’étude de l’allemand !

     

    Durant trente ans, André Delaby a été l’âme de Chausey. S’il ne fut pas remplacé, c’est peut-être parce que ce prêtre hors du commun était irremplaçable !

    Il serait sûrement bienvenu que, sur la grande île, une plaque au moins rappelle le souvenir de ce dernier curé dont la barbe légendaire fut un jour brûlée dans l’explosion d’une bouteille de gaz !

    André Delaby, né à Paris en 1900 et est décédé à Hudimesnil en 1990.

     

    Source : Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541171.

     


     Vidéo : Plateau Brigitte SIMONETTA et Marc LEGRAS présentant son sujet sur l’île CHAUSEY. Jean-Loup DABADIE à leurs côtés vante la beauté de cette île. Reportage sur l’île Chausey, 2 kms de long sur 700 mètres de large et ses 50 îlots. ITW de l’abbé DELABY, le curé de l’île. Séduit par l’île il y a fort longtemps il y obtint sa mutation. Prêtre et maître d’école il se souvient avec nostalgie de l’époque où il y avait encore une soixantaine d’habitants.

     

     

    Moi l’amoureux de la Bretagne pays de mes ancêtres, mais aussi de Granville, ou j’ai de nombreux souvenirs de ma jeunesse, et particulièrement de CHAUSEY, j’ai connu ce curé exceptionnel.

    Le Père Michel Delaby était le neveu du dernier curé résident de Chausey, André Delaby

     

    Delaby

     

    Le père Delaby aimait parler de son oncle, le père André Delaby, qui fut prêtre durant 40 ans à Chausey et qui a marqué durablement l’histoire de l’archipel normand.

     

    En 2013 : L’abbé Michel Delaby célèbre le Grand Pardon de Chausey

    « C’est curieux, je n’ai jamais entendu parler du Grand Pardon du temps où mon oncle était à Chausey, avoue Michel Delaby. J’ai appris son existence cette année, quand l’évêque de Donville m’a contacté. » Et pourtant, c’est le neveu du dernier curé résident de Chausey, André Delaby. En charge du Grand Pardon de Chausey cette année, l’abbé officie ce dimanche pour bénir la mer et les bateaux, et célébrer la mémoire des marins pêcheurs disparus en mer.

     

    Delaby

     

    À la demande des Chausiais, le Grand Pardon se célèbre sur l’île depuis une trentaine d’années. Le curé de l’île de l’époque, André Delaby, n’a pourtant jamais présidé la cérémonie. Néanmoins, Michel Delaby se souvient avoir participé à la procession de Granville avec son oncle. Très souvent, le père Delaby emmenait la vierge de Chausey, Notre-Dame de Victoire, à Granville aux côtés de la Vierge Notre-Dame du Cap Lihou. Dimanche, l’abbé Michel Delaby va donc rendre hommage à son oncle décédé il y a 20 ans, après quarante années passées sur l’île.

     

    Delaby

     

    C’est aussi une première pour Michel Delaby qui n’a jamais fêté de Grand Pardon. « Je fais quelques recherches pour me renseigner », explique-t-il. Pour Michel Delaby et ses 80 printemps, retourner à Chausey représente beaucoup. Cela fait près d’un an, qu’il n’a plus foulé la terre de sa famille. « Célébrer à Chausey me rappelle un tas de souvenirs, déclare-t-il, avec une once de nostalgie. J’y étais quand mon oncle s’est installé en octobre 1950. J’avais 20 ans ! Je l’ai remplacé 7 ou 8 fois au presbytère. »

     

    Reprendre le flambeau

    Quand le père Delaby décède en août 1990, il n’est plus question de mettre un curé à Chausey. « Quand il est arrivé, il y avait 70 habitants et 15 enfants à l’école. Maintenant, il y a deux ou trois habitations à l’année seulement, et l’école a fermé. » S’il le déplore, l’abbé Michel Delaby n’aurait jamais repris le flambeau. « La mer, je l’aime bien, c’est vrai, mais vivre sur une île est très particulier. Il faut tout faire. Mon oncle était aussi bien instituteur qu’infirmier. Mais il était comme un poisson dans l’eau là-bas », raconte cet ancien chef de travaux et professeur de mécanique au Lycée technique privé de Villedieu.

     

    Delaby

     

    Après avoir officié à Sainte-Cécile, la Haye-Pesnel et Portbail, l’abbé Michel Delaby a pris sa retraite en novembre 2009. Désormais à Carolles, il profite de ne rien faire : « Je suis bien, je n’ai aucune responsabilité. » Mais ce dimanche le devoir l’appelle. L’abbé revêt sa robe pour diriger la messe et la procession du Grand Pardon de Chausey qui réunit près de 400 personnes chaque année.

     

     

    « C’est un homme qui aimait la mer”, se souvient le père Emile Juin, également à la retraite à Carolles depuis 2007, “Son oncle, André Delaby, a d’ailleurs été prêtre pendant une quarantaine d’années à Chausey… Il se rendait environ une fois par semaine à Granville pour se balader sur le port à l’aide de sa canne… »

     

    Les deux hommes se connaissaient très bien, ensemble sur les bancs du séminaire, puis tous les deux enseignants à l’Institution Saint-Joseph à Villedieu : « Il avait été ordonné en 1954. Après avoir été diplômé de l’ICAM (Institut catholique d’arts et métiers), à Lille. Il est arrivé à l’Institution Saint-Joseph en tant que directeur technique, où il enseignait la mécanique et l’électricité. J’étais moi-même économe du collège. Au bout de 20 à 25 ans, il avait demandé au diocèse d’exercer en paroisse et avait été nommé curé de Saint-Cécile, puis de La Haye-Pesnel, avant de terminer à Portbail. Il avait choisi de passer sa retraite à Carolles, où il avait un neveu du côté de Saint-Pair-sur-Mer », raconte le père Juin.

     

    Delaby

     

    « Pas plus tard que la semaine dernière, je le conduisais à Coutances pour y rencontrer le nouvel évêque. Nous nous connaissions bien, nous étions même allés ensemble à Jérusalem… C’était un bon vivant ! »

     

    Delaby

     

    Lundi 9 décembre, le père Michel Delaby est mort dans un tragique accident de voiture en chutant dans le port.

     

    Lebosco

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.