• Pour un bon mouillage il faut bien se mouiller

     

     

     

    Pour un bon mouillage il faut bien se mouiller

     

     

    C’est quoi un mouillage ?

     

    C’est attacher le bateau au fond de la mer

    Dans un endroit plutôt près de la côte et plutôt abrité en général

    Avec du bout + de la chaîne + une ancre = une ligne

     

    Pourquoi mouille-t-on ?

     

    Pour pique-niquer, faire la sieste, … ou pêcher.

    Pour réparer, souffler un peu, soigner, …

    Pour attendre la renverse d’un courant.

    Pour ne pas talonner sur les cailloux, ou bloquer sa dérive dans le sable, à marée basse.

    Pour se caler dans un coin, loin de la foule à quai.

     

    Comment arriver ?

     

    Arriver au près en contrôlant sa vitesse, choquer 10 ou 20m avant le point prévu pour mouiller, mais laisser filer le mouillage seulement le bateau arrêté. Bannir les arrivées au portant (impossibilité d’arrêter le bateau …), sauf par fort courant, opposé au vent.

     

    Comment faire ?

     

    Préparer son matériel : ligne de mouillage claire amarrée au bateau, définir le rôle de chacun avant.

    Anticiper un « ratage » : si on rate, on fait quoi (on plonge ? on vire ?). Savoir où on met la quille, faire un 1er passage pour vérifier fond, vent, courant, évitage, …

    Savoir vraiment où on est : attendre quelques minutes pour laisser le bateau prendre vraiment sa place et relever un alignement à terre pour surveiller que le bateau ne dérape pas.

     

    On mouille quoi ?

     

    Un bout de 20 m, plutôt souple, toronné (+ élastique), Ø8-10 mm, avec de la chaîne d’un tiers de la longueur totale de la ligne, pour obtenir un rôle d’amortisseur et une meilleure tenue et une ancre ou deux : une ancre plate de 5 kg sur le mouillage principal et une autre de 3 kg (grappin possible) sur le 2ème mouillage (conseillés).

     

    C’est quoi la longueur idéale ?

     

    Cela dépend du vent et du courant, plus ils sont forts, plus la ligne doit être longue : 3 fois la hauteur d’eau par temps calme et 5 fois la hauteur d’eau par temps agité.

    Cela dépend du pourquoi on s’arrête : utilisation possible du 2ème mouillage plus léger pour un arrêt bref, et de ce qu’il y a dessous : se méfier des fonds qui accrochent mal (ex : roches plates).

     

    Comment on remonte tout ça ?

     

    En protégeant le plat bord avec un bout de tuyau fendu pour éviter que ça ne « rague » trop et en doublant la mise : en utilisant un orin pour pouvoir remonter l’ancre si elle est coincée au fond. Cet orin, de diamètre plus faible, est frappé en bas sur le diamant (la base) de l’ancre et en haut, à-même la ligne de mouillage.

    Si l’ancre reste bloquée au fond, frappez un pare-battage en bout de ligne et vous reviendrez à marée basse pour la décrocher quand il y aura moins d’eau !

     

    Quelques trucs !

     

    Évitez les tas ! : lorsque l’ancre touche le fond (elle est « à pic »), on laisse doucement filer la ligne au fur et à mesure que le vent ou le courant font reculer le bateau. Cette ligne doit être bien étalée sur le fond (et non former un tas qui peut réserver quelques surprises par la suite …).

    Assurez-vous que la ligne est bien attachée au bateau !

    Pour éviter de faire le pendule dans le courant (tout en gênant vos voisins …), bloquez la barre au milieu !

    Toujours prévoir beaucoup de bouts à bord, dans un « sac à bouts ».

     

    Et si on veut faire les choses bien !

     

    Rester dans l’axe, et ne pas « éviter » dans tous les sens (rivières, chenaux, ports) on installe le 1er mouillage devant, le 2ème mouillage derrière (en laissant filer le 1er au maximum, pour le retendre ensuite). Remarque : il faut que vos voisins soient aussi mouillés sur 2 ancres, sinon gare à la casse !

    Le « va-et-vient », utile pour mouiller au large, tout en restant à terre ! Nécessite un bout assez long sans nœud (éventuellement plus fin que les autres puisqu’il est passé en double).

     

    Voir les dessins ci-dessous

     

    mouillage

    Tiré de l’excellent site du CNSL que je recommande.

     

    Voir également :

    Technique de mouillage d’une ancre

    Les mouillages organisés sur le Domaine Public Maritime

     

    Lebosco

     

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.