• Eun sâovetage en mé ou un sauvetage en mer en normand

     

     

     

    Eun sâovetage en mé ou un sauvetage en mer en normand

     

    Une petite histoire de sauvetage en mer, le normand est en écriture noire et sa traduction en vert.

     

     

    Julien, à bouord dé sen baté, alloungi sus eune pouque matelassie pllenne de vré séqui, les mans derryire le caquevet, f’sait merienne.

    Julien, a bord de son bateau, allongé sur un sac matelassé rempli de varech séché, les mains derrière la tête, faisait la sieste.

    Janne artraitaé de la marène, iyou qu’il ‘tait rentraé coume mousse le jou de ses seize auns, pis, l’écouole des ilectricians dé Tierquéville i passit vingt auns à bouolingui sus touos les oucéans. Ampraés vingt chinq auns de carryire, promais qui feut passaé maîte principa, il avait mins sac à terre.

    Jeune retraité de la marine, où il était entré comme mousse le jour de ses seize ans, puis l’école des électriciens de Querqueville, il passa vingt ans à bourlinguer sur tous les océans. Après vingt-cinq ans de carrière, dès qu’il fut passé maître principal, il avait mis sac à terre.

    Il ‘tait artraitaé, i n’avait paé quaraunte déeus auns. Sa mère était mouorte dé depis quiques annaées et yavait l’ssi eun p’tit byin, une vuule crânyire d’aveu eune démin vergie de terre alentou. Ch’est lo qu’il avait passaé sa janesse, juqu’à yête madiaun et qui s’tait engagi. Mais qui feut artraitaé, i n’avait paé tergi à venre chu p’tit byin, pac’qu’il avait tréjouos z-eu qu’eune idaée en tête, i voulait acataer eun baté. Veire, coume si i n’avait paé z-eu assaez d’yête sus l’iâo, d’aveu l’ergent de la vuule crânyire, il avait acataé eun baté. Oh, ch’tait paé eun graos baté, set mètes dé loungueu d’aveu eune cabène, et eun moteus dé quate vingt quevâos.

    Il était retraité, il n’avait pas quarante-deux ans. Sa mère était morte depuis quelques années et lui avait laissé un petit bien, une vieille chaumière avec une demi vergée de terre autour. C’est là qu’il avait passé sa jeunesse, jusqu’à son adolescence et qu’il s’était engagé. Dès qu’il fut retraité, il n’avait pas tardé à vendre ce petit bien, car il avait toujours eu qu’une idée en tête, il voulait acheter un bateau. Oui, comme s’il en avait pas eu assez d’être sur l’eau, avec l’argent de la vieille chaumière il avait acheté un bateau. Oh, ce n’était pas un gros bateau, sept mètres de long avec une cabine et un moteur de quatre-vingt chevaux.

    L’étaé, i passait des jouors entyis à bouord dé sen baté. Il avait tréjouos déeus casyis qui m’tait à l’iâo, dé pllèche en pllèche. Il avait drouét à déeus casyis coume touot eun chaqueun. Mais, déeus, casyis, d’ampraés li cha ne vâot paé le déplléchement, si byin qu’il arlevait déeus casyis oû matin, déeus oû médi, et déeus à fâote de jou. Coume i pêquait louen de la câote, il ‘tait trauntchile.

    L’été il passait des jours entiers à bord de son bateau. Il avait toujours deux casiers qu’il mettait à l’eau de place en place. Il avait droit à deux casiers comme tout le monde. Mais deux casiers, d’après lui ça ne vaut pas le déplacement, si bien qu’il relevait deux casiers le matin, deux le midi, et deux à la tombée de la nuit. Comme il pêchait loin de la côte, il était tranquille.

    A pêqui, i n’tait paé mégâoche. Sen beuchounyi de père pêquous de sen métyi, mâograé ses ohis, yavait touot demême apprins quique seit. Les bouons enreits à houmards, et itou les enreits you que fallait s’encraer pouor happaer du peissoun. I f’sait des héreus es âoberges et es restauraunts du quiai yoù qu’il l’ssait sa pêque pouor paé graôs d’ergent, houmards cllopouens, étrilles. Mais d’eun âote bouord, i mouogait pouor paé chi inetou d’eune pllèche à l’âote ! Il ‘tait le byinveneu tcheu touos !

    A la pêche, il n’était pas maladroit. Son ivrogne de père pêcheur de son métier, malgré ses défauts lui avait tout de même appris quelque chose. Les bons endroits à homards, et aussi les endroits où il fallait jeter l’ancre pour prendre du poisson. Il faisait des heureux aux brasseries et restaurants du quai où il débarquait sa pêche pour pas beaucoup d’argent, homards dormeurs anglettes. Mais d’un autre côté, il mangeait pour pas cher non plus à une place ou à une autre ! Il était le bienvenu partout !

     

    I ne beuvait paé janmais pus qué de raisoun, et ch’tait quique seit d’atard pouor eun gâs de la marène ! Mais il avait souvenaunche dé sen père le pêquous qui rentraé quasiment touos les seirs d’aveu eune maraée de chent tienze ! Qui poussait des orouets pouor eun oui et pouor eun nen, qui tagnochait sa pouore mère et li itou Julien, quaund cha s’adounait !

    Il ne buvait jamais plus que de raison, et cela était rare pour un gars de la marine ! Mais il gardait le souvenir de son père le pêcheur qui rentrait presque tous les soirs avec une marée de cent quinze ! Qui poussait des cris pour un oui et pour un non, giflait sa pauvre mère et lui aussi Julien à l’occasion !

     

    Eh bien sen vuus, qui parfeis risquâbllement sourtait en mé par graôs temps, n’a paé péri. Il est mouort minsérabllement sus eun lyit d’hopita d’eune chirose ! Julien s’tait promins dé ne janmais beire, et il avait tint parouole. Oh ! I beuvait byin eune moque de temps en temps, mais paé oû pouent dé se sâolaer la goule, chenna janmais !

    Eh bien son vieux, qui parfois témérairement sortait en mer par gros temps, n’a pas péri en mer. Il est mort misérablement sur un lit d’hôpital d’une cirrhose ! Julien s’était promis de ne jamais boire et il avait tenu parole. Oh ! Il buvait bien un verre de temps en temps, mais pas au point de se souler, ça jamais !

    Mais fâot paé creire qui ne sa’ait paé jostaer. I baillait sa tournaée pus coupassous qu’a sen touo. Il avait eun tas d’amins, des amins qui vouolaient à fène forche le ma’iaer. Qui vouolaient l’enroutaer dauns les bouétes you que no rencounte des files, you que no daunche, d’aveurs des meusiques qui vouos minchent les oyèles et des lumyires dé couleu qui sâotent, touornicotent et vouos égaluent.

    Mais il ne faut pas croire qu’il ne savait pas s’amuser. Il payait sa tournée plus souvent qu’à son tour. Il avait beaucoup d’amis, des amis qui auraient voulu le marier. Qui voulaient l’entraîner dans des boites où l’on rencontre des filles, où l’on danse, avec de la musique qui vous blesse les oreilles et des lumières de couleur qui tournent et vous éblouissent !

     

    No veurs allaer à ta neuche qui disaient. Ch’est paé sus l’iâo, sus ten baté que tu vas trou’aer eune file sacrédyi ! Mais il aimait muus passaer la seiraée à jouaer à la bélote d’aveu des amins.

    On veut aller à ta noce qu’ils disaient. Ce n’est pas sur l’eau, sut ton bateau que tu vas trouver une fille sacrebleu ! Mais il aimait mieux passer la soirée à jouer à la belote avec des amis.

     

    Julien archevait touos les meis eune bouone pensioun, i n ‘tait brin gênaé d’ergent. Il avait acataé eun appartment dé quate pllèches do eune tchuusène et eune salle d’iâo, paé mais, louen du pouort. Pac’que l’hivé d’aveu le graôs temps et la freid, il ‘tait des jouors sauns embartchi ! Mais dès les prémyis biâos jouors il ‘tait pus coupassous sus sen baté qué tcheu li !

    Julien recevait tous les mois une bonne pension, il n’était pas gêné d’argent. Il avait acheté un appartement de quatre pièces avec une cuisine et une salle d’eau, pas très loin du port. Car l’hiver avec le mauvais temps, et le froid, il était des jours sans embarquer ! Mais dès les premiers beaux jours il était plus souvent sur son bateau que chez lui !

    Julien était eun houme héreus ! Sa vie, ch’tait d’yête sus sen baté étalaé tchu touot neu sus sen soumi de vré pouor prenre lé solé. Dès le renouvé, le baté auncraé oû large daunchait oû graé des fllots et des risaées du vent de Su. Les mans derryire le caquevet, les urs froumaés, Julien f’sait mériène. Mais il aimait itou biâocoup luure.

    Julien était un homme heureux ! Sa vie c’était d’être sur son bateau allongé cul nu sur son sommier de varech pour se dorer au soleil. Dès le printemps, le bateau ancré au large dansait au gré des flots et de la brise du vent de sud. Les mains derrière la tête, les yeux fermés, Julien faisait la sieste. Mais il aimait aussi beaucoup lire.

    I luusait trantchile, louen dé touot brit. Yavait mais qué le criallement des mâoves qui daunchaient dauns le cyil qui parfeis li f’saient dréchi la tête. Eune arlevaée d’âot qu’i dourmait liement,coume d’acouotumaée, i soursoubrit sus pllèche sus sen soumi ! Eune voué l’avait révilli ! Eune voué dé fème ! I s’ardréchit du coup ! Eune janne fème était ahoquie oû bordé du baté ! Julien se frouttit les urs, criaunt rêvaer !

    Il lisait tranquille, loin de tout bruit. Il y avait que le cri des mouettes qui dansaient dans le ciel qui parfois lui faisaient lever la tête. Un après-midi du mois d’août qu’il dormait paisiblement comme d’habitude, il sursauta sur son sommier ! Une voix l’avait réveillé ! Une voix de femme ! Il se leva très vite ! Une jeune femme était agrippée au bord du bateau ! Julien se frotta les yeux croyant rêver !

     

    -Venaez m’aindyi ! Venaez m’aindyi ! J’en peus pus je vas lâqui ! Je sis lassaée moulue !

    -Venez m’aider ! Venez m’aider ! Je n’en peux plus je vais lâcher ! Je suis exténuée !

     

    Julien n’a fait qu’eun sâot jusqu’à la file, qu’il a happaée pa’ les déeus mans et l’a alloungie sus le dâos, sus sen soumi de vré. La file était afubllie d’eune jatiette en câotchou qui la camuchait du bouot des pyids jusqu’oû co.

    Julien à bondit jusqu’à la fille, qu’il a attrapé par les deux mains et allongée sur le dos sur son sommier de varech. La fille était vêtue d’une tenue de plongée qui la revêtait du bout des pieds jusqu’au cou.

     

    D’iyoù qu’ol ‘tait alloungie, ol avait eune veue imprénablle sus le mobilyi treis pyiche à Julien. O dit catâodement :

    -Cha vous f’fait ryin qu’o dit dé camuchi vous agobiles, … cha … cha me gêne !

    -Oh merde ! Estchusaez-mei ! qu’i dit en brédinguaunt, j’avais pus souovenaunche d’yête touot neu ! Estchusaez-mei !

    D’où elle était allongée, elle avait une vue imprenable sur la nudité à Julien. Elle dit timidement :

    – Cela ne vous ferait rien qu’elle dit, de cacher votre sexe, …çà … ça me gêne !

    -Oh merde ! Excusez-moi ! Qu’il dit en bredouillant, je ne me souvenais plus d’être tout nu ! Excusez-moi !

     

    Il s’est rentraé dauns la cabène passaer eune tchulote et s’est racachi rouoge coume eun calicot en s’estchusaunt enco !

    -Fâot dire qué je criyais-paé rencountaer eune si joulie sirène ch t’arlevaée ! Mais d’où-vyint qué je vous troue lo, ahoquie à men baté ? Qu’est-che qui vous est arrivaé ?

    Il est rentré dans la cabine passer un pantalon et est revenu rouge comme un coquelicot en s’excusant encore !

    -Il faut dire que je ne pensais pas rencontrer une si jolie sirène cet après-midi ! Mais comment se fait-il que je vous trouve là, accrochée à mon bateau ? Que vous est-il arrivé ?

    -J’itais sus ma pllaunche à veile, touot allait byin, qu’o dit, et pis j’i cabannaé, le grélin à cassaé, ma pllaunche est partie oû vent, et mei je sis restaé sus pllèche guettaunt ma mâonin pllaunche s’n allaer oû louen ! Je créyais ma dernyire heure arrivaée quaund … mirâclle, j’i apercheu voute baté oû louen. Alours j’i nagi … nagi … j’avais seument pus la forche d’appelaer ! Il ‘tait graund l’heure qué je m’ahoque à voute baté ! Vous m’avaez sâové la vie !

    -J’étais sur ma planche à voile, tout allait bien qu’elle dit, et puis j’ai chaviré, la corde a cassé, ma planche est partie au vent, et moi je suis restée sur place voyant ma maudite planche s’en aller au loin ! Je croyais ma dernière heure arrivée quand … miracle, j’ai aperçu votre bateau au loin. Alors j’ai nagé … nagé … je n’avais seulement plus la force d’appeler ! Il était temps que je m’accroche à votre bateau ! Vous m’avez sauvé la vie !

     

    Ch’est à chu moument que la janne file feut prinse du trembllot.

    -J’i freid qu’o dit, et jé me sens paé byin ! Je creis qué je vas tumbaer dauns les fénoques !

    C’est à ce moment que la jeune fille fut prise de tremblements.

    -J’ai froid qu’elle dit, et je ne me sens pas bien ! Je crois que je vais perdre connaissance !

    Viyaunt sa goule ébllaundraée, Julien a été trachi byin vite dauns la cabène eune castalouène qu’il à mins sus la file, qui se racaillotit dessouos. O n’érait paé chaungi pouor mouri.

    -Jallouns racachi à touot berlingue, qui dit, dauns dyis mineutes jé s’souns à quiai.

    Voyant sa figure blafarde, Julien a été chercher bien vite dans la cabine une couverture qu’il a mis sur la fille, qui se blottit dessous. Elle n’aurait pas changé pour mourir.

    -Nous allons rentrer à toute vitesse, qui dit, dans dix minutes nous serons à quai !

    La janne file sembllait dé depus en pus hasyire, ol ‘tait casibérouie !

    -Voulous prévenin mes graunds, qu’o dit d’eune pétite voué, i vount s’erjuaer si jé ne rentre paé ! Ch’est moussieu Lerouey i reste oû chinquante pllèche dé Gâolle à Tcherquéville.

    O ne peu en dire pus loung, o s’tait évanaée !

    La jeune fille semblait de plus en plus malade, presque morte !

    -Voulez-vous prévenir mes grands-parents qu’elle dit d’une petite voix, ils vont se faire du souci ne me voyant pas rentrer ! Monsieur Leroy il reste au cinquante, place de Gaulle à Querqueville.

    Elle ne put en dire plus, elle s’était évanouie !

    Julien sauns perde eune mineute arlevit l’auncre et mint le moteus en rouote …

    D’aveu sen portablle, dauns le brit du moteus et de la mé qu’écllictait sus le dévaunt du baté, il arrivit à prévenin les poumpyis dé l’artrou’aer oû pouort, qui racachait d’aveu à sen bouord eune janne fème artcheuillie en pllenne mé et, qu’était dauns les poumes !

    Julien sans perdre de temps releva l’ancre et mit le moteur en route …

    Avec son portable, dans le bruit du moteur et de la mer qui éclatait sur le devant du bateau, il arriva à prévenir les pompiers de le retrouver au port, qu’il rentrait avec à son bord une jeune femme recueillie en pleine mer et, qui était sans connaissance ! …

    Cha feut eune seiraée movementaée pouor Julien. Méhaungni, i vit la janne fème mountaer dauns l’aumbulaunche par les brauncardyis. Il en n ‘tait touot émolentaé. Mais i feut héreus quaund i la vit li faire eun p’tit sène de la man en mountaunt dauns l’aumbulaunche.

    Ce fut une soirée mouvementée pour Julien. Soucieux, il vit la jeune femme monter dans l’ambulance par les brancardiers. Il en était tout ému. Mais il fut heureux quand il la vit lui faire un petit signe de la main en montant dans l’ambulance.

     

    Ol avait arprins counaichaunce ! I prins sa veiture et cachit à l’adréche qu’avait dreit z-eu le temps de li indiqui la janne file. I trou’it déeus vuules gens en lermes, acabassaés, essouis dé penne !

    -O n’a ryin qu’i dit ! O va byin ! Ol a z-eu des ennyis d’aveur sa pllaunche, je li trou’aée en pllenne mé et ramenaée sus men baté !

    Elle avait repris connaissance ! Il prit sa voiture et partit à l’adresse qu’avait juste eu le temps de lui indiquer la jeune fille. Il trouva deux vieilles personnes en larmes, tristes, écrasées de peine !

    -Elle n’a rien qu’il dit ! Elle va bien ! Elle a eu des ennuis avec sa planche, je l’ai trouvée en pleine mer et ramenée sur mon bateau !

    Mais j’i quaund même aimaé qu’o passe par l’hopita ! O s’sa lo magène dès deman oû matin, ne vouos faites paé d’erju ! Chenna les a rébâobis de m’entenre prêchi coume cha.

    -J’avouns biâo la ratrottaer, ya ryin à faire ! No s’erjue tréjouos de la veî parti sus la mé sus sa mâonin pllaunche. Je savouns byin qu’o se met en onctioun mais, ol aime cha alouors !… Si seument cha pouvait la guerri dé ch’ t acouotumenche lo !

    -Niyaez paé de poue qué je dis, je creis qu’ol a coumprins ! O n’est paé praès d’arquémenchi !

    Mais j’ai tout de même aimé qu’elle passe par l’hôpital ! Elle sera là surement dès demain matin, ne vous faites pas de souci ! Cela les a réconfortés de m’entendre parler ainsi.

    – Nous avons beau la réprimander, il n’y a rien à faire ! On se soucie toujours de la voir partir sur la mer sur sa maudite planche. Nous savons bien qu’elle se met en danger mais, elle aime ça alors ! … Si seulement ça pouvait la guérir de cette habitude !

    -N’ayez pas peur que je dis, je crois qu’elle a compris ! Elle n’est pas près de recommencer !

     

    Les pouores vuus qui se mougeaient les saungs, feûtent héreus d’avaer des nouvelles. Julien ne pouovait pus s’en dépatouilli, i feut omblligi de prenre eune moque de beire, suusu d’eun coup de cafaé qué le bouonhoume voulit à fène forche arrosaer d’eun vuus calva. En prêchaunt d’aveu yeus, i apprint qué lus p’tite file se noumait Juliette, que ses gens étaient mouorts touos déeus dauns eun avaro de veiture. Ch’est yeus qu’avaient élevaé l’éfaunt pique ol ‘tait seument âgie dé chinq auns quaund ses gens étaient mouorts. O fait sa dernyire annaée de merchène …

    Les pauvres vieux qui se mangeaient les sangs, furent heureux d’avoir des nouvelles. Julien ne pouvait plus s’en défaire, il fut obligé de prendre un verre de cidre, suivi d’un coup de café que le bonhomme voulut à toute force arroser d’un vieux calvados. En parlant avec eux, il apprit que leur petite fille se nommait Juliette, que ses parents étaient morts tous les deux dans un accident de voiture. C’est eux qui avaient élevé l’enfant puisqu’elle était seulement âgée de cinq ans quand ses parents étaient morts. Elle fait sa dernière année de médecine …

     

    En arrivaunt à l’hopita, i demaundit la chaumbe dé juliette la janne fème qu’avait maunqui de se nier dauns l’arlevaée. No le fit espéraer chins mineutes dauns eun coulouère, pis eune infirmyire vint le trachi pouor l’accoundire dauns sa chaumbe.

    En arrivant à l’hôpital, il demanda la chambre de Juliette la jeune femme qui avait manqué de se noyer dans l’après-midi. On le fit attendre cinq minutes dans un couloir, puis une infirmière vint le chercher pour le conduire dans sa chambre.

     

    Ol ‘tait touote seu dauns sa chaumbe, assyisie dauns sen lyit. O sembllait byin muus que sus le baté, pac’qu’o s’écalit la goule en le viyaunt marchi sus la pointe des pyids coume dauns la chaumbre de quiqu’eun qu’est à l’articlle !

    Elle était toute seule dans sa chambre, assise dans son lit. Elle semblait bien mieux que sur le bateau parce qu’elle rit en le voyant marcher sur la pointe des pieds comme dans la chambre de quelqu’un qui est à l’article de la mort !

    -Mei qu’avais poue de vous trou’aer touote mouormâode, je sis byin aise de vous veî si taunt rébâobie ! Sav’ouos que vous m’avaez fait poue ! Mais ol allit dreit à cha qui li tenait le pus à quoeu.

    -A’vouos veu mes graunds ?

    -Moi qui avais peur de vous trouver toute mélancolique, je suis bien aise de vous voir si bien rétablie ! Savez-vous que vous m’avez fait peur ! Mais elle alla droit à ce qui lui tenait le plus à cœur.

    -Avez-vous vu mes grands-parents ?

    -Veire je dis, i sé f’saient de l’erju, mais j’i paé étaé mais loung à les réchaumpi ! Je lus a racountaé voute étchipaée dé ch’tarlevaée. Mais qu’i fallait muus pouor pus de sûretaé passaer par l’hopita pou’ yête trauntchile ! I z-ount byin comprins. J’i deu prenre eune bolaée de cafaé byin couéffi !

    -Oui je dis, ils se faisaient du souci, mais je n’ai pas été longtemps à les rassurer ! Je leur ai raconté votre aventure de cet après-midi. Mais qu’il fallait mieux pour plus de sureté passer par l’hôpital pour être tranquille ! Ils ont bien compris. J’ai dû prendre une tasse de café bien coiffé !

     

    -Je m’en veurs de lus avait fait si taunt poue, jé ne sis paé praès d’arquémenchi ch’ tu folle étchipaée !

    Pis o se mint à s’écalait la goule, les mans sus la figuure, ne pouvaunt s’artenin !

    -Ch’est quaund je vos i veu touot à tra devaunt mei touot neu, qué je mé sis senti allaer en étouordissaisoun !

    Julien dauns le mitan de la pllèche, rouoge coume la goule d’eun doyen, ne sait pus sus qui pyid daunchi.

    -Ch’est seu, qu’i brédaungui … vouos counaissaez touot de mei achteu !

    -Je m’en veux de leur avoir fait si peur, je ne suis pas près de recommencer cette folle aventure !

    Puis elle se mit à rire, les mains sur la figure, ne pouvant se retenir !

    -C’est quand je vous ai vu tout à coup devant moi tout nu, que je me suis sentie tout étourdie !

    Julien dans le centre de la pièce, rouge comme la figure d’un doyen, est très embarrassé.

    -C’est sûr qu’il bégaya … vous connaissez tout de moi maintenant !

    O li fit sène de la man de s’approchi. O lermait eun miot, et dit en li pronnaunt la man :

    -Sauns vous jé s’sais paé lo ! J’érais défuntaé, je fllot’tais enté déeus iâos, vouos m’avaez sâovaé la vie !

    -Tu me counais achteu, et raide byin enco ! Ne creis-tu paé que cha s’sai muus qué no se tutouée ? Quique t’en dis Juliette ?

    -Oh mei je veurs byin ! Ya ryin qu’oppose byin seu !

    Elle lui fit signe de s’approcher. Elle avait les larmes aux yeux et dit en lui prenant la main :

    -Sans vous je ne serais pas là ! Je serais morte, je flotterais entre deux eaux, vous m’avez sauvé la vie !

    -Tu me connais maintenant et très bien ! Ne crois-tu pas qu’il serait mieux que l’on se tutoie ? Qu’en penses-tu Juliette ?

    -Oh moi je veux bien ! Il n’y a rien qui empêche bien sûr !

    -Juliette, j’en counais eun miot pus sus tei, j’i prêchi d’aveu tes graunds ! Jé sais que t’as vingt set auns qué té v’là quasiment méch’chin achteu ! Fâot veî coume tes graunds sount fyirs de tei !

    -Juliette, j’en connais un peu plus sur toi, j’ai parlé avec tes grands-parents ! Je sais que tu as vingt-sept ans que te voilà presque médecin maintenant ! Il faut voir comme tes grands parents sont fiers de toi !

    J’avouns prêchi eun miot de mei itou. Que je sis janne artraité de la marène, qué je pêque eun miot pouor men pllaisi, qué je vas lus bailli eun couplle de houmards à la prémyire oucasioun !

    – Alouors, dépêche-tei dé te réchaumpi, tu vyiras do-mei arlevaer mes casyis, je vas avaer les druges qué tu seis sus pyid !

    Nous avons parlé un peu de moi aussi. Que je suis jeune retraité de la marine, que je pêche pour mon plaisir, que je vais leur donner deux homards à la première occasion !

    -Alors, dépêche-toi de te rétablir, tu viendras avec moi relever mes casiers, je vais m’impatienter que tu sois rétablie !

    -Oh, tu sais, j’i surtout z-eu raide poue, je sis paé hasyire, j’i idaée de sourti dès deman oû matin mais, j’aim’mais restaer eune journaée d’aveu pépé et mémé. Ampraès j’irouns arlevaer tes casyis, mais … fâot me promette dé ne paé lâonaer tchu tout neu sus ten baté. D’âote feis qu’eune âote file maunqu’quait dé se niaer ! No ne sait janmais …

    -Oh, tu sais, j’ai surtout eu très peur, je ne suis pas malade, je pense sortir dès demain matin, mais, j’aimerais rester une journée avec grand-père et grand-mère. Après nous irons relever tes casiers, mais … il faut me promettre de ne pas flâner tout nu sur ton bateau. Si une autre fille manquait de se noyer ! On ne sait jamais …

    Et mes amins, ses couns là, qui disaient que j’avais auqueune chaunce dé trou’aer eune file sus men baté, en pllenne mé !

    Et mes amis, ses cons là, qui disaient que je n’avais aucune chance de trouver une fille sur mon bateau, en pleine mer !

     

    Alphonse Allain

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.