• La vie au chantier Bellot de Barfleur

     

     

     

    La vie au chantier Bellot de Barfleur

     

     

    Localisation du chantier

    Le chantier Bellot a été créé en 1871 par Charles Bellot au bout de la rue du Puits.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur1

     

    Comme on le voit sur cet extrait du cadastre de 1836 il y a encore peu de constructions le long de le Rue du Puits : les petites parcelles 46,47 et 48 (en rouge) au Nord Est seront utilisées pour installer le chantier. Le terrain est assez exigu et lorsqu’on construisait un bautier ou une grande barque il dépassait sur la route. Lors de la construction de la « grande » Lucie il a même fallu utiliser le grand terrain à La Masse.

     

    La Canivière (parcelle 192, au Nord-Ouest en vert), avec le pigeonnier à demi sur Gatteville, sera achetée plus tard et permettra d’étaler le bois plus confortablement puis de construire les plus grandes unités. À côté du pigeonnier se trouvait la grande roue de la corderie Choisy. Son propriétaire, Jacques Choisy, père, était marié avec Athénaïs Bellot, la sœur de Charles Bellot, père. Les cordes étaient fabriquées parallèlement à la mer mais la corderie fut détruite lors de la tempête de 1910 et ne fut jamais reconstruite.

     

    Le chantier Paris, quant à lui, s’installera dans la parcelle N°7. Cet emplacement sera utilisé ensuite par les chantiers Lecannelier puis Lemonnier jusque vers 1935.

     

    Les maisons – La « grande maison » située sur le terrain du chantier a été construite par Charles Bellot père vers 1890.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur2

    Au-dessus des chambres il y a un vaste grenier dans lequel Charles puis André Bellot faisait les tracés sur le plancher puis sur des feuilles de contreplaqué posés sur des tréteaux. Louis Bellot y construisait ses demies-coques.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur3

     

    Au décès de Charles Bellot, fils, en 1953, la maison est restée en indivision avant d’être vendue.

    En 1948, peu après leur mariage André et Léonie Bellot construisent « La Canivière », leur nouvelle maison de l’autre côté de la rue sur un terrain acheté à Louis Bellot.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur4Cette maison ainsi que le grand terrain et le pigeonnier appartiennent toujours à la famille.

     

    Le hangar – On ne sait pas exactement quand a été construit le premier hangar mais il existait encore au moment de la dernière Guerre. Ce hangar en bois, recouvert de papier goudronné d’environ 12m sur 6m, servait à ranger l’outillage, à faire la petite mature, les pompes, les poulies ainsi que les plus petits canots ou les plates. Pendant les périodes creuses, comme à la fin des années 30, on faisait des poulies d’avance que l’on vendait petit à petit.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur5Le vieux hangar en 1932 pendant la construction du Courlis (collection Menut). À gauche Louis Bellot.

     

    Après le débarquement, André Bellot, achète aux domaines un chaland américain en pin d’Oregon, le démonte et construit un nouveau hangar nettement plus haut et plus spacieux.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur6Le second hangar en 1948 lors du lancement de la Sainte Thérèse Souvenez Vous

     

    Après son départ André Bellot confie le chantier à Auguste Bouin qui construira encore quelques canots et fera des réparations jusqu’en 1955, quand il part à Cherbourg, au chantier de Jean Bellot. Ensuite le local est prêté à une entreprise qui fait des travaux sur la digue. On ne sait pas ce qui s’est passé mais le hangar a brûlé car il renfermait beaucoup de produits inflammables.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur7

     

    Dans les années 1960 André Bellot bâtira un nouvel atelier qui existe toujours (photo) Cet atelier a été prêté à Mr Buisson qui a construit quelques picoteux avant de s’installer à Isigny. Parmi ces picoteux on peut citer la Marie du Port ou Baie d’Along pour Mr Endelin. Ces deux bateaux existent toujours.

     

    La « Canivière » et le vieux pigeonnier – En face du chantier il y a un grand terrain avec le pigeonnier séculaire qui marque la limite entre Barfleur et Gatteville (une moitié du pigeonnier est sur Barfleur et l’autre sur Gatteville !). Le nom « canivière » dérive de « canne » qui veut dire chanvre. En effet, autrefois, ce terrain était planté de chanvre utilisé par les cordiers pour faire des cordages. C’est également le nom du petit ruisseau qui longe le terrain, juste derrière le pigeonnier.

    Le bois était étalé sur ce terrain et les enfants aimaient se faire des balançoires avec des planches !

     

    « L’étang » – Sur ce champs il y avait également « l’étang », une mare reliée au ruisseau et dans lequel on mettait le bois de mâture, souvent des pins de Pépinvast. En effet l’immersion des bois resserre les fibres et évite que le bois se fende.

     

    Le bois – Les quilles et certains bordés étaient généralement en orme que l’on trouvait en abondance dans la région. Les étraves, tableaux, membrures étaient en chêne local. Le chêne qui pousse dans les haies était particulièrement appréciés car permettait de trouver de belles croches. Avant la généralisation des scieries, le chantier faisait appel à des scieurs de long qui s’installaient tout au long de la route avec les cordiers et les fabricants de matelas en varech.

     

    Ils étaient payés « au trait ». Par exemple en 1913 il fallait payer 8F 16cts pour débiter à 8 traits une bille de 3m. Ensuite on fit appel aux scieries locales comme Lepoittevin à Piedchou ou Poullain à Tocqueville.

    Le bordage était généralement en bois du Nord dont on faisait l’importation à bord de brick, de grandes bisquines ou de goélettes avant les vapeurs.

    La livraison du bois posait problème en raison de l’étroitesse de la Rue du Puits. Par exemple pour la construction du Sainte Thérèse Souvenez Vous le bois avait été livré rue Saint Nicolas et ensuite il a fallu faire glisser la quille sur des rondins pour l’amener jusqu’au chantier. Des pêcheurs prêtaient la main pour hâler pendant que Désiré Certain et Henri Choisy déplaçaient les rondins. Plus tard, après avoir acheté une petite maison qu’il démolira, André Bellot réussira à faire une seconde entrée qui facilitera la livraison du bois.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur8le-chantier-bellot-de-barfleur9Curieusement, sur ce plan, le passage est toujours inscrit comme une rue alors qu’il s’agissait d’un chemin privé et qu’il est maintenant fermé par un portail et bouché par une construction récente ! On voit le tracé du passage sur la photo aérienne de droite.

     

    La vie au chantier – La journée de travail au chantier était longue : Début à 6h 30 en été, un peu plus tard en hiver

    Pose de 8h 30 à 9h : certains charpentiers retournent à la maison pour prendre le casse-croûte Déjeuner de 12h à 13h 30

    Casse-croûte de 16h 30 à 17h Fin de la journée à 19h

    Cela faisait des journées de 10 heures et on travaillait tous les jours sauf le dimanche.

    Quand il faisait nuit on s’éclairait avec des lampes à carbure. Et quand le vent du Nord était trop fort on se protégeait tant bien que mal avec des bâches.

     

    Les outils –  Naturellement le chantier avec tout un équipement d’outils à bois à mains : scies à crochet, herminettes, égoïnes, maillets, fers à calfat etc. Il y avait également une série de « gros tarières » (André Bellot utilisait ce mot au masculin) qui servaient à creuser les pompes en bois ou les trous d’arbre d’étambot.

     

    Charles Bellot ayant toujours refusé d’équiper le chantier en machine, les premières ne font leur apparition qu’en 1944 (scie à ruban, dégauchisseuse, affûteuse, perceuse). Auguste Bouin se souvient que lorsqu’il est venu « tout se faisait à la main » : les grosses pièces (quille, étrave, étambot…) étaient débitées à l’égoïne et les autres (membrures par exemple) à la « scie à crochet ». André se souvenait avec émotion de cette époque : « Quand on se mettait à scier une membrure de bautier il y en avait pour trois semaines, un mois. Les premiers jours on était complètement éreinté. Le lendemain on était complètement courbaturé … au bout de quelques jours ça allait tout seul… C’était dur mais j’aimais ça ! Quand il avait du vent on entendait le vent : c’était plaisant ! »

    On avait des scies à crochet à lame étroite pour chantourner les trous de godille, les hourdes, les étambrais ou les goules de nasses à crevettes dont les pêcheurs avaient besoin.

    Il fallait toute une série de rabots en bois en plus des rabots droits : des rabots cintrés, des rabots ronds de différentes courbures pour caser la ventrière par exemple, un bouvet à deux pièces pour creuser le banc de pompe ainsi qu’un rabot rond de 25 mm avec un guide latéral fixe qui servait à creuser le « liston » des canots.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur10Rabot pour creuser les listons

     

    Naturellement, quand il a commencé Auguste Bouin n’avait pas d’outils personnels mais petit à petit, quand il avait quelques pourboires, il achetait des outils et s’est constitué une caisse à outils.

     

    La caisse à outils d’Auguste Bouin : La caisse à outils d’Auguste Bouin ressemblait à celle de tous les charpentiers et contenait un mètre pliant en bois gradué en ½ cm, des marteaux, des tenailles et une pince, un vilebrequin et ses mèches, une égoïne, une équerre et une fausse équerre (indispensable pour les bateaux), des ciseaux jusqu’à 4cm, des gouges, une pierre à affûter, des rabots en bois etc. En plus, il y avait une série d’outils qui ne rentraient pas dans la caisse comme la scie à crochet, l’herminette ou la boite à calfat.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur11La boite à calfat d’Auguste Bouin

     

    Elle contenait un maillet avec corne sans siffleur, les fers (1 robert pour ouvrir, le fer à étoupe, les fers à rebattre simple, double ou triple, le fer à clous de 2 cm etc.), l’étoupe, la boite à suif…

     

    Types de bateaux construits – On n’a que peu de renseignements sur le type des bateaux construits au début du chantier car beaucoup étaient immatriculés comme « bateau ». Parmi ces bateaux il y avait sans doute des bisquines et des canots. On a plus de précisions à partir de 1890 car les Bellot ont conservé le carnet de commandes. Il y a des sloops, des bautiers, des barques pour Trouville ou Grandcamp, puis des Dundees comme Sainte Thérèse Souvenez Vous ou Saint Maurice à la fin des années 40 mais l’essentiel est constitué de canots et de plates. Le chantier Bellot de Barfleur a construit des centaines de ces bateaux pour tous les ports de Auderville à Saint Marcouf. Rien Qu’en 1908 le chantier a lancé 22 bateaux !

     

    Prix des bateaux en 1908 :

    Plate : 100 F

    Canot de 9 pieds : 215 F Canot de 10 ½ pieds : 290 F Canot de 11 pieds : 360 F

    Canot de 13 pieds : 500 F Canot de 14 pieds : 550 F Barque de 28 pieds : 3600 F Bautier : 2900 F

    André Bellot disait qu’avec la construction il ne gagnait rien. Avec les pêcheurs qui étaient souvent pauvres les prix devaient être tirés au maximum.

    Par ailleurs il était hors de question de ne pas tenir son engagement quand le prix avait été fixé. Cela a entraîné l’épisode douloureux de la « grande » Lucie.

     

    Remarque de Mr Menut – A propos du prix du Courlis, Mr Menut souligne la faible part de ce qui revient au chantier par rapport à ce qui est affecté aux autres postes : achat du moteur, frais de mécanique, voiles, chariot etc. Le chantier n’a perçu que 10 000F sur un total de 27 409F. Et encore s’agit-il d’un canot de plaisance dont le prix était certainement moins tiré que pour un canot de pêche !

     

    Evolution des prix de la construction – Par exemple pour un canot de 12 pieds de quille

    1908 : 390 F                1914 : 500 F              1916 : 1150 F

     1920 : 2500 F             1932 : 6 300 F          1939 : 7 600 F

     1941 : 10 000 F          1942 : 14 000 F        1943 : 21 000 F

    On remarque évidemment l’énorme variation de prix en période de guerre !

     

    Prix de l’accastillage pour un canot de 12 pieds en 1908

    Mât : 15 F     Beaupré : 8 F    Tapecul (3 pièces) : 14 F    Vergue ; 6 F   Pompe : 12 F    Poulie : 2 F

    Voiles : entre 90 et 110 F

    Compas ; 15 F   Galoche : 4 F   Rocambole : 2 F   Fanal en bois : 10 F   Fourches : 4,5 F   Pavillon : 2,5 F

    Epissoir : 2 F    Aviron de 12 pieds : 6,40 F    Peinture : 0,6 F/L

    Coaltar : 0,3 F/L     Congé : 0,75 F     Graver le nom : 3 F     Certificat : 0,6 F

     

    Le lancement des bateaux – Le lancement n’était pas une mince affaire Il y avait une brèche dans la digue, nettement visible sur la photo ci-dessus, et une rampe en bois permettait de lancer le bateau. Les bateaux étaient lancés par l’arrière et ils étaient remorqués dans le port de Barfleur.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur12lancement d’une barque en 1908

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur13lancement de la Sainte Thérèse Souvenez vous en 1948.

     

    Mais les plus petits canots pouvaient être lancés par l’avant.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur14L’albatros a été lancé prêt à naviguer et il a pu rejoindre le port par ses propres moyens.

     

    Les charpentiers :

    Le nombre de charpentiers a rarement dépassé 4 ou 5 personnes. Au début du siècle cinq Bellot travaillaient ensembles : Charles Bellot père et ses quatre fils.

    En 1930 il y avait 3 personnes : Charles Bellot fils, son frère Louis et son fils Jean.

     

    François Jeanne nous rapporte l’anecdote suivante :

    « Le Nautilus, le bateau à Sauvage, un beau bateau… je vais vous expliquer…le Nautilus a été fait au chantier Bellot… pour travailler au chantier Bellot ils étaient trois, le père à Jean Bellot, le constructeur de Cherbourg, son oncle et Jean Bellot qu’était tout jeune…Leroy, il a commandé son bateau, l’Angélus, chez Lemonnier le même jour… chez Bellot ils étaient trois…chez Lemonnier ils étaient six ouvriers… ils ont mis les bateaux le même jour … regardez si y savaient travailler… ».

     

    En 1944 il y avait André Bellot, son père maintenant âgé de 71 ans et deux charpentiers : Eugène Heurtevent et Auguste Bouin. En 1946 André Bellot embauche de nouveaux apprentis : Henri Choisy, son petit cousin, Désiré Certain et quelques années plus tard René Bouly. Il y aura toute une série de gros bateaux à construire mais à partir de 1950 les commandes diminuent.

     

    Henri Choisy quitte pour travailler dans une menuiserie et Désiré certain reste un peu plus longtemps. En 1954 André Bellot part au Canada et en 1955 le chantier est définitivement fermé.

     

    Auguste Bouin – Auguste Bouin est né à Cherbourg en mars1927. Son père est matelot sur un remorqueur à Cherbourg. Sa famille s’installe à Barfleur en 1932. Il entre au chantier Bellot de Barfleur le 1 er janvier 1944. Même après le départ de la famille Bellot au Canada il terminera un canot pour Mr Vaur de Cherbourg. Pendant quelques mois il continue à travailler à Barfleur pour le compte de Jean Bellot. Il construit des plates (dont la plate des Sept Frères) et quelques canots comme le CH1 qui avait été prévu pour le beau frère de Pierre Lamache mais il était tombé malade, le Dany Jean Luc et un bateau pour Ladvenu d’Auderville.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur15le-chantier-bellot-de-barfleur16

     

    En mars 1955 il part travailler au chantier de Jean Bellot et il participe à la construction de la Belle Poule et de toute la série des grands chalutiers et de cordiers (liste ci-dessous). Il a fait quelques bateaux de plaisance d’environ 9m : Marie Galante, Arabelle etc. Il prend sa retraite en mars 1987.

     

    Eugène Heurtevent – (Informations communiquées par Henri Choisy). Il est né vers 1926

    Il a commencé très jeune à travailler au chantier. Selon Henri Choisy qui lui servait de mousse c’était un charpentier très habile. En 1948 il participe à la construction de l’Horizon cotre de 17 tx pour Victor Renouf. C’est alors qu’il fait connaissance de Marie Renouf qu’il épouse. Il quitte alors le chantier pour faire la pêche avec ses beaux-frères mais il est malade en mer. Il fait alors la petite pêche pendant quelques années. Ensuite il achète le Saint Clément et s’installe à Granville ou il décédera de façon accidentelle.

     

    Désiré Certain – Né en 1932 a commencé comme apprenti après le certificat d’études. A travaillé après 1950 ?

     

    Henri Choisy – Né en Juillet 1932.  Il était  apparenté  aux  Bellot  puisque  sa  grand-mère  paternelle Athénaïs Choisy était la sœur de Charles Bellot, père.

    Il a commencé vers 12 ans en donnant un coup de main au chantier, le jeudi. Au début son travail consistait à enlever les clous des traversins pour récupérer les planches. Mais à 14 ans il savait travailler. C’est à cet âge-là, qu’il construit seul une table de salle à manger avec du bois de gravage retrouvé à la côte. Il avait même dû débiter le bois tout à la scie à crochet. À cette époque le chantier avait une scie électrique mais André Bellot trouvait que c’était un très bon exercice pour apprendre le métier ! Au chantier il travaille souvent comme mousse pour Eugène Heurtevent qui est plus âgé que lui. Il lui sert également de mousse pour aller tendre les nasses à crevette sur la plate Armande.

    Il travaille au chantier pendant 4 ans de 1946 à 1950 avant de partir au service militaire. Il a donc participé à la construction du Saint Thérèse Souvenez vous, l’Horizon, le Val d’Or et Hélène Jacqueline.

     

    le-chantier-bellot-de-barfleur17

     

    Ensuite les commandes du chantier ayant diminué il va travailler à la menuiserie Gosselin de Barfleur. Après 24 ans dans la menuiserie il devient assureur et s’installe à Tourlaville. Il a aujourd’hui 84 ans mais a conservé une excellente mémoire et nous confie des souvenirs très intéressants sur le chantier et sur Barfleur.

     

    René Bouly qui a commencé son apprentissage à Barfleur, est resté jusqu’en 1954 puis a travaillé à Port en Bessin avec André Bellot quand il a repris le chantier Tabourel de 1961 jusqu’à sa retraite.

     

    François Pochon

    Lebosco

     

     

    Articles déjà parus sur les chantiers de Barfleur et la famille Bellot :

    La vie au chantier Bellot de Barfleur
    Chantier Bellot : André Bellot 1921-2008
    Chantier Bellot : Florentin Bellot 1875-1943
    Chantier Bellot : Charles Bellot 1873-1953
    Charles Bellot ancêtre d’une lignée de constructeurs de navires à Barfleur
    Les activités du quartier de La Hougue et les Bellot, 1860-1890

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.