• Gestion du bar 2017 propositions de mesures de la commission européenne

     

     

     

    Gestion du bar 2017 propositions de mesures de la commission européenne

     

     

    A la lecture des propositions de gestion du bar 2017 émanant de la Commission européenne, nous constatons avec beaucoup de satisfaction que la pêche de loisir est enfin prise en compte par les instances européennes.

     

    La FNPPSF avec le concours de l’EAA et de l’EFTTA a su mettre en évidence le poids économique et sociologique considérable engendré par la pêche en mer de loisir en Europe comme en France. Nous avons aussi pu montrer que notre activité s’inscrivait parfaitement dans une logique de pêche durable. Nous tenons à remercier les membres de la commission pêche européenne pour leur objectivité et l’écoute qu’ils nous ont manifestées.

     

    Sur la base du poids économique et sociologique, les pêcheries aux prélèvements limités utilisant des hameçons et des lignes devraient donc être autorisées. Une période de repos biologique devrait être instaurée en février et mars (No Kill uniquement). Pour les autres mois, le prélèvement de la pêche de loisir serait limité à 10 bars par mois et par pêcheur. Ces propositions de mesures doivent bien sûr être confirmées par le Conseil des Ministres de la Pêche Européen qui se tiendra en décembre.

     

    Bar à 42 (1)

     

    Quelques extraits du document de la commission concernant les mesures relatives à la gestion du bar 2017 :

     

    « L’évaluation du CIEM du stock de bar dans la Manche, la mer Celtique, la mer d’Irlande et la mer du Nord méridionale continue de faire état d’une tendance à la baisse. Ce résultat n’a rien de surprenant dans la mesure où il faut entre 4 et 7 ans pour que les mesures de rétablissement produisent leurs effets et soient prises en compte dans l’évaluation. Il existe une première indication d’une hausse du recrutement. L’objectif immédiat des mesures de gestion reste le même, à savoir protéger les frayères et réduire autant que possible les autres sources de mortalité. Les débarquements ont fortement baissé en 2015 et 2016, mais il convient néanmoins de renforcer les mesures en place et de poursuivre leur application. »

     

    « Selon des avis scientifiques, le bar (Dicentrarchus labrax) dans la mer Celtique, la Manche, la mer d’Irlande et la mer du Nord méridionale (divisions CIEM IV b et IV c, et VII a, VII d-VII h) reste dans un état très préoccupant et le stock continue de décliner. Les mesures de conservation visant à interdire la pêche du bar devraient donc être maintenues dans les divisions CIEM VII a, VII b, VII c, VII g, VII j et VII k, à l’exclusion des eaux situées à moins de 12 milles marins des lignes de base relevant de la souveraineté du Royaume-Uni. Les frayères de bar devraient être protégées en continuant à limiter les captures commerciales en 2017. Sur la base des incidences sociales et économiques, les pêcheries limitées utilisant des hameçons et des lignes devraient être autorisées, tout en prévoyant une fermeture pour protéger les frayères. De plus, en raison de prises accessoires accidentelles et inévitables de bar par les navires utilisant des chaluts de fond et des sennes, de telles prises accessoires devraient être limitées à 1 % en poids du total des captures d’organismes marins détenues à bord. Les captures de la pêche récréative devraient être restreintes au moyen d’une limite mensuelle. »

     

    « 1.    Il est interdit aux navires de pêche de l’Union de pêcher du bar dans les divisions CIEM VII b, VII c, VII j et VII k, de même que dans les eaux des divisions CIEM VII a et VII g situées à plus de 12 milles marins des lignes de base relevant de la souveraineté du Royaume-Uni. Il est interdit aux navires de pêche de l’Union de détenir à bord, de transborder, de transférer ou de débarquer du bar capturé dans cette zone.

    1. Il est interdit aux navires de pêche de l’Union de pêcher du bar et de détenir à bord, de transborder, de transférer ou de débarquer du bar capturé dans les zones suivantes :
    2. a) dans les divisions CIEM IV b, IV c, VII d, VII e, VII f et VII h
    3. b) les eaux situées à moins de 12 milles marins des lignes de base relevant de la souveraineté du Royaume-Uni dans les divisions CIEM VII a et VII g ».

    Communiqué FNPPSF 

     

    Trafic bars

     

    La gestion du bar 2017 en résumé :

     

    • La pêche du Bar sera fermée en Février et Mars. Le No-Kill est cependant autorisé.
      [Cette année, la saison de fermeture concernant la pêche récréative était de six mois – première moitié de l’année].

     

    • Le quota pour la pêche récréative sera de 10 bars/mois.
      [Cette année la limite de Quota est de 1 bar par jour, ceci a fait beaucoup de dégâts aux entreprises dépendantes de la pêche du Bar. Nous avons donc demandé plus de flexibilité avec une limite chaque mois. Les pêcheurs auront donc le choix plutôt que la limite quotidienne actuelle. Nous sommes heureux que la Commission a suivi notre souhait. Cependant, nous préférons l’avis du Conseil à augmenter le quota à 10 Bars. Ce qui restera à déterminer plus tard c’est le système pour contrôler la limite mensuelle. Afin de le rendre facile pour le pêcheur, nous avons proposé une application électronique qui pourra être rempli par téléphone, smartphone et PC].

     

    • Pour les pêcheurs commerciaux à la ligne et à l’hameçon : Une limite de capture annuelle de 10 tonnes (hors période de fermeture de février et Mars). « Cette dérogation est applicable uniquement aux navires de pêche de l’Union qui ont enregistré des prises de Bars à la ligne et à l’hameçon à partir du 1er Juillet 2015 jusqu’au 30 Septembre 2016. » [Ceci est un changement de flexibilité de la limite de cette année: 1300 kg par mois].

     

    • Les prises accessoires : Les navires de pêche « déployant des chaluts et des sennes pourront garder à bord 1% de Bar en prise accidentelle du poids des captures totales de leurs captures dans une seule journée. Les prises de Bars conservées à bord par un navire de pêche de l’Union sur la base de cette dérogation ne peut pas dépasser 1 tonne par mois  » [La première partie est le même que cette année. La capacité mensuelle de 1 tonne est nouveau].

     

    La proposition de la Commission complète en Français

     

    Communiqué de presse de la commission en Français

     

    Questions et réponses sur la proposition de la commission

     

    Le site de l’anglingtrust

     

    Le site de l’EAA

     

    Lebosco

     

     

     

    2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le votre.

    1. David
      Publié dans 07/11/2016 le 18:19

      « Le quota pour la pêche récréative sera de 10 bars/mois. »

      C’est pour la galerie, je n’ai jamais vu un seul contrôle du nombre (et de la taille aussi d’ailleurs) de bars pêchés du bord à l’hameçon. Enfin à Boulogne sur mer et la côte environnante. Rassurez vous ce n’est qu’un effet d’annonce, continuez à pêcher tout et n’importe quoi, les apparences sont sauves…

    2. Philippe
      Publié dans 03/11/2016 le 23:44

      pas trop d accord avec ces mesures 2017 il faut interdire les filets , pecher le bar qu a l hameçon , , interdire aussi en janvier jusqu a mi avril pas seulement en fevrier mars , le bar se reproduit en janvier fevrier mars avril …pour le quotas de 10 par mois sera difficilement controlable , il vaut mieux mettre un quotas de 3 bars par pecheur à partir de mi avril et mettre la maille à 45 .

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.