• Chantier Bellot : Charles Bellot 1873 – 1953

     

     

     

    Chantier Bellot : Charles Bellot 1873 – 1953

     

     

    Charles, Alexandre Bellot, est né à Barfleur en 1873. Il commence le métier au moment des funérailles de Victor Hugo (1885) dans le chantier paternel.

    Un jour il a confié à François Jeanne que le premier bateau qu’il avait construit était le Jules pour un Hébert de Réthoville : il n’a encore que 14 ans au moment du lancement. C’est un « bateau » de 1,56 tonneaux. Il s’agit sans doute d’un cajot car c’est le seul type d’embarcation utilisée à Réthoville où il n’y a ni port ni abri.

     

    charles-bellot-1

     

    Ci-dessus matricule du Jules et dessous le Circé, un cajot également construit par Charles Bellot sur lequel un autre Hebert de Réthoville a navigué : il doit donc être assez proche du Jules bien que beaucoup plus récent (1941).

     

    charles-bellot-2

     

    charles-bellot-3Charles Bellot en 1908 lors du lancement d’une barque pour Trouville.

     

    Il se marie en 1912 avec Esther Revert avec laquelle il aura trois enfants : Jean, Geneviève et André.

    En 1908 il reprend la direction du chantier avec son frère Louis et il tient son propre carnet de commandes ce qui nous permet de suivre l’évolution des commandes et des prix des canots.

     

    En 1914 il est appelé ainsi que ses frères Florentin et Pierre. Il a déjà 41 ans aussi ne sont-ils pas envoyés sur le front mais dans le 77 ème régiment d’infanterie territoriale où ils s’occuperont de tâches diverses dont du débardage pour fournir du bois aux armées. Il restera marqué par les horreurs de la guerre et, lui qui était un amateur de chasse vend son fusil dès son retour de la Guerre.

     

    Tous ceux qui l’ont connu se souviennent de lui comme un esprit curieux, amateur de poésie : particulièrement les romantiques, Chateaubriand, Vigny ou Lamartine dont il connaissait des pages par cœur. Il appréciait également de chant des oiseaux et, le dimanche après-midi il aimait faire de longues promenades solitaires dans la campagne ou le long des grèves.

     

    Il était un travailleur acharné, et les journées étaient longues au chantier, mais le repos dominical était sacré et il ne manquait jamais la messe ! Les périodes creuse pouvaient être consacrées au jardin.

    Il prend sa retraite en 1940 mais conserve la direction officielle du chantier de Barfleur jusqu’en 1942 en attendant que son fils André ait l’âge requis (21ans).

     

    charles-bellot-4Charles Bellot vers 1950 : à 70 ans il débitait encore une quille de bautier à la main ! (Collection Bellot).

     

    Même en retraite il ne pouvait pas rester inactif et il a continué à travailler au chantier et quelques mois avant sa mort le 29 octobre1953, il continuait à calfater ou à débiter des membrures ! Il aimait particulièrement faire les tracés. Il a travaillé pratiquement pendant soixante-dix ans !

     

    bellot-8

    François Pochon

     

    Articles déjà parus sur les chantiers de Barfleur et la famille Bellot :

    Charles Bellot ancêtre d’une lignée de constructeurs de navires à Barfleur
    Les activités du quartier de La Hougue et les Bellot, 1860-1890

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.