• Charles Bellot ancêtre d’une lignée de constructeurs de navires à Barfleur

     

     

     

    Charles Bellot ancêtre d’une lignée de constructeurs de navires à Barfleur

     

     

    Bien que le chantier de Barfleur ait cessé ses activités il y a plus de 50 ans, il reste encore présent, à l’heure actuelle, dans la mémoire de beaucoup de barfleurais. Pour combien de temps ?

     

    Pourtant l’histoire avait commencé 80 ans plus tôt, quand Charles Bellot, né le 6 avril 1848, fils de Florentin Bellot, pêcheur à Barfleur, décide d’y installer un chantier. Il est venu au métier de constructeur de navires pas tout à fait par hasard. En effet, sa mère, née Virginie Fichaux, était la nièce de Pierre Fichaux, un célèbre constructeur de navires, établi depuis longtemps dans le port de Barfleur.

     

    À cette époque les quais n’existaient pas et les chantiers étaient installés soit à la Bretonne soit sur la grève qui occupait l’actuelle place du quai Chardon. Quand, dans la période 1860 – 1870 les quais sont construits, les chantiers doivent être déplacés. Ils s’installeront le long de la digue du Nord. En 1870 Maître Pierre Fichaux qui est très âgé, demande à son petit neveu Charles Bellot en qui il a décelé des aptitudes particulières, de reprendre le chantier. Pendant la guerre de 1870 il fait partie des armées de la Loire. À son retour il ouvre son chantier Rue du Puits contre la grande digue du Nord. Un grand nombre de sloups, bautiers, canots, plates furent construit à cet endroit dont nous reparlerons plus loin.

     

    1-les-bellot-et-le-chantier-de-barfleurLa petite maison Chasse du Nord

    2-les-bellot-et-le-chantier-de-barfleurla « grande » maison rue du Puits

     

    Il se marie avec Victoire Pénitot et ils auront 10 enfants dont 4 seront constructeurs de navires. La famille habite une petite maison dans la Chasse du Nord, l’actuelle rue Paul Placide mais vers 1890 il fait construire la « grande maison » située à côté du chantier. Charles Bellot abandonna la construction des bisquines au profit des canots à bourcet, des sloups puis des bautiers. Il travaillera avec ses fils Charles, Florentin, Pierre et Louis.

    En 1906 il laisse le relais à son fils aîné Charles. Il décède à Barfleur en 1927.

     

    3-les-bellot-et-le-chantier-de-barfleurLa famille Bellot vers 1900 En haut de gauche à droite : Charles Alexandre et Pierre. Au milieu de gauche à droite : Victoire, Victor, Aurélie, Florentin, Germaine et Louis. Au premier rang Benjamin entre ses parents Charles et Victoire.

     

    La deuxième génération

     

    Charles, Alexandre Bellot, est né à Barfleur en 1873. Il commence le métier en1885.

    Il se marie en 1912 avec Esther Revert avec laquelle il aura trois enfants : Jean, Geneviève et André. En 1908 il reprend la direction du chantier. Il prend sa retraite en 1940 mais conserve la direction officielle du chantier de Barfleur jusqu’en 1942. Il meurt le 29 octobre 1953.

     

    Florentin Bellot est né en 1875. Il obtient son brevet de maître charpentier et achète un chantier à Saint Vaast, dans le Cul de Loup. En 1908 il revend son chantier et revient à Barfleur pour s’occuper du Café de France. Il n’exerce plus le métier de constructeur de navire mais il continue à avoir un rapport avec le monde de la pêche avec le Café, l’épicerie – avitaillement et la tannerie. Il meurt en 1943.

     

    Pierre Bellot est né en 1876. Il fait son apprentissage et le début de sa carrière dans le chantier familial de Barfleur. Il obtient son brevet de constructeur de navire en 1911. En 1912 il s’associe à Lécrivain et ils ouvrent un chantier situé sur la cale de la chapelle à Saint Vaast.

    En 1954 il revend son chantier et il meurt à Saint Vaast en 1959.

     

    Victor Bellot est né le 7 janvier 1879. Il a fait des études de médecine très brillantes à Bordeaux. Après avoir montré un dévouement exemplaire pendant la première Guerre Mondiale il aura différentes affectations Outre-Mer et terminera sa carrière comme Médecin Général Directeur de l’Hôpital Maritime de Cherbourg. Il est mort en 1943.

     

    Louis Bellot est né en 1880 et apprend la charpente comme ses trois frères aînés. Il a travaillé avec son père et ses frères au chantier de Barfleur. À partir de 1908 il est associé avec son frère aîné et il prendra sa retraite en 1940. Il meurt en 1964.

     

    Benjamin Bellot est né en 1892. Il s’engage dans la marine. Il est basé à Dunkerque et sera timonier avant de rentrer dans les sémaphores. Après différentes affectations il est nommé à Ouistreham. En 1940 il part en Angleterre avec ses hommes puis au Maroc. Il obtient sa retraite à Ouistreham où il décède en 1972.

     

    La troisième génération

     

    Jean Bellot est le fils de Charles Alexandre Bellot et d’Esther Revert. Il est né en 1914 et apprend le métier avec son père et son oncle Louis puis il part travailler à l’Arsenal.

    En 1948 il ouvre son chantier sur la grande cale de Cherbourg où il construit non seulement des canots mais de grandes unités qui n’auraient pas pu être construites à Barfleur : en 1950 le cordier L’Espoir puis L’Angélus et le Gloire à Dieu pour les Leroy, etc. En 1956 il construit son premier chalutier La Belle Poule qui sera suivi par toute une série de cordiers et de chalutiers dont le Jacques Louise qui est classé monument historique (visible au pont tournant à Cherbourg).

     

    La crise de la construction a obligé Jean Bellot à diversifier ses activités (chaudronnerie, réparation navale, scierie, aménagements sur les plateformes pétrolières ou dans les sous-marins nucléaires, aménagements de dépôts pétroliers ou travaux dans le nucléaire.

    Jean Bellot a toujours mené une vie très active mais il trouvait le temps pour venir à ceux qui avaient des difficultés comme ses cousines Monique ou Odile. En 1986, alors qu’il a lui- même 72 ans, il s’étonne que son frère prenne déjà sa retraite ! Il est mort le 28 juin 2003.

     

    André Bellot est également le fils de Charles Bellot. Il est né en 1921 et prendra la direction du chantier de Barfleur en 1942. En 1954 il travaille au Canada puis il reprend le chantier Tabourel à Port en Bessin. Il prend sa retraite en 1986 à Barfleur où il décède en 2008.

     

    La quatrième génération

     

    Laurent Bellot est le fils d’André et Léonie Bellot. Il est né à Lévis, face à Québec au Canada en 1958 – En 1976 il commence son apprentissage avec son père au chantier de Port. Ensuite il étudie le dessin des bateaux avec le dessinateur de son oncle Jean, au chantier de Cherbourg. Pendant trois ans il sera en SARL avec son père. Il reprend seul le chantier de Port en Bessin en 1986 au départ en retraite de son père. Il doit céder le chantier de Port en 1998 à Patrick James qui avait travaillé pour lui.

     

    bellot-8

    Articles déjà parus sur les chantiers de Barfleur et la famille Bellot :

    Les activités du quartier de La Hougue et les Bellot, 1860-1890

    François Pochon

    Lebosco

     

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.