• Une épave de 1856 retrouvée 20 mètres sous terre

     

     

     

    Une épave de 1856 retrouvée 20 mètres sous terre

     

     

    Une épave de 1856, le vapeur Arabia avait coulé dans le Missouri aux Etats-Unis. Près d’un siècle et demi plus tard, l’épave est retrouvée à 20 mètres sous terre. Son contenu quasi intact.
    Elle a été retrouvée à 20 mètres de profondeur. Rien de bien étonnant pour une épave, direz-vous. Sauf qu’elle n’a pas été retrouvée au fond de l’eau, mais sous terre. Près d’une ferme. En plein Kansas. À 800 mètres du Missouri, dans laquelle elle a coulé en 1856.

     

    Le vapeur Arabia, 52 mètres de long sur 8,80 mètres de large, doté de deux roues à aubes, transporte alors marchandises et passagers sur le Missouri, l’Ohio et le Mississippi, chargé de ravitailler 16 communes. Dans ses cales, plus de 200 tonnes de nourriture, de vêtements, de chapeaux, de chaussures et de parfums, d’outils, de pièces de charpente.

     

    Steamboat-Arabia (1)

     

    Le 5 septembre 1856, lors d’un voyage de routine, le vapeur heurte un gros tronc de noyer à la dérive. Le bois dur perce la coque du bateau, qui coule en quelques minutes. Par miracle, le naufrage ne fait aucune victime, les passagers parvenant à regagner la rive à la nage. Seule une mule, attachée sur le pont, meurt dans l’accident.
    Le Missouri est réputé pour ses courants violents et ses fonds limoneux. En quelques jours, l’épave du vapeur disparaît sous la vase qui l’ensevelit complètement.

     

    Steamboat-Arabia (2)

     

    Au fil des années, des modifications naturelles de son lit et des aménagements humains, le Missouri voit son lit se déplacer peu à peu vers l’est. En un siècle et demi, la rivière coule à plus de 800 mètres de lieu du naufrage.

     

    Mais l’histoire de l’Arabia et de son naufrage se raconte de génération en génération. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais cela aurait été sans compter l’incroyable ténacité d’un certain Bob Hawley qui s’était mis en tête de retrouver l’épave du bateau à vapeur disparu 150 ans plus tôt.

     

    Mais, comment cet homme a-t-il été en mesure de localiser l’épave ? Après un premier repérage effectué en comparant des cartes de l’époque avec les relevés topographiques actuels, Une chose est sûre : vu les cartes de l’époque et l’évolution de la rivière, l’épave de 1856 est maintenant en pleine terre, Bob Hawley a utilisé un magnétomètre qui lui a permis de détecter les traces de métaux dans le sol de la zone qu’il avait prédéfinie. Bingo ! L’emplacement de l’épave a pu être délimité avec précision et les Hawley se mettent en chasse.

     

    Steamboat-Arabia (3)

    Steamboat-Arabia (6)

     

    Quelque temps plus tard, l’instrument est formel : l’épave de 1856 est bien là, à environ 20 mètres sous terre, à 800 mètres de la rivière actuelle, non loin d’une ferme. Bob Hawley et ses fils parviennent à convaincre les agriculteurs de creuser leur champ, promettant de terminer avant le printemps et le temps des semis.
    Une grue excavatrice de 100 tonnes, des bulldozers et des tractopelles entrent en action. Les engins creusent le sol limoneux tandis que des pompes travaillent sans relâche – au total, plus de 60 000 litres d’eau sont rejetés dans la rivière.

     

    Steamboat-Arabia (8)

     

    Cette roue à aubes de 8,50 mètres de haut a été le premier morceau de l’Arabia retrouvé.
    Après deux semaines de travaux, l’Arabia, l’épave de 1856 apparaît enfin. D’abord cette roue à aubes, puis une chaussure noire de femme.

     

    Steamboat-Arabia (9)

     

    Quelques semaines plus tard, le vapeur est totalement dégagé, il a souffert. Mais, protégées par leur gangue de vase, privées des attaques corrosives de l’oxygène, les marchandises qu’il transportait sont quasiment intactes.

     

    Steamboat-Arabia (7)

    Steamboat-Arabia (10)

     

    Oui, tout est là : vêtements, boutons, 4 000 chaussures et bottes d’époque, bonnets de laine ou chapeaux en castor, outils, parfums français qui ont gardé leur fragrance, conserves de fruits et de cornichons bien à l’abri dans des bouteilles de verre scellées, et même un fût de bière.

     

    Steamboat-Arabia (11)

    Steamboat-Arabia (12)

     

    Mieux encore : la plupart de la nourriture ainsi conservée est encore comestible ! Quelques bouteilles ouvertes offrent des pickles croquants et des fruits qui ont encore du goût.

     

    Steamboat-Arabia (13)

     

    Certains des flacons de parfums français ont été ouverts : ils sentaient encore bon !
    Une grande caisse de bois est ensuite dégagée de la vase : elle contient de la fine vaisselle chinoise intacte. La paille chargée de la protéger est encore partiellement visible et a parfaitement rempli son rôle.

     

    Steamboat-Arabia (14)

    Steamboat-Arabia (15)

     

    Un musée a été créé à Kansas City – l’Arabia Steamboat Museum -, où sont exposés tous les trésors extraits de la terre. Et si l’histoire de la famille Hawley a quelques années déjà, le musée est en réfection afin de mieux mettre en valeur les objets exposés.

     

    Steamboat-Arabia (5)

     

    L’Arabia Steamboat Museum expose l’intégralité des objets sauvés du limon.

     

    Finalement, la seule note triste de l’histoire reste la mort de la mule, dont on a retrouvé le squelette intact, et qui a droit à une évocation au cœur de l’exposition.

     

    Steamboat-Arabia (4)

     

    L’Arabia attendait sagement depuis 150 ans que quelqu’un pense à lui !

     

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.