• Le « Croix de Lorraine », demi-bautier

     

     

     

    Le « Croix de Lorraine », demi-bautier

     

    p0

    p1 p2 p3

     

    BARFLEUR 1941

    Alors qu’il vient d’être démobilisé, André BELLOT, de retour à BARFLEUR, construit un canot, le « Rose effeuillée » pour un pêcheur de REVILLE, Eugène OSMONT.
    Ce canot sera plus tard restauré par M. WARIN.

     

    1

    Le « Rose effeuillée » restauré par M. WARIN

     

    En 1945, ce même pêcheur, Eugène OSMONT souhaite un nouveau canot, plus gros, qu’il commandera à André BELLOT:

    Le « CROIX DE LORRAINE »

     

    Le « Croix-de-Lorraine » est construit au chantier BELLOT de BARFLEUR en 1945.
    Il mesure alors 8,67m de longueur de signalement (8,90m de Longueur totale de coque), 3,52m de largeur au maître bau et jauge 7,41 tonneaux brut pour 2,04 tonneaux de jauge nette.

     

    Le « Croix-de-Lorraine » est inscrit au Matricule du quartier maritime de Cherbourg sous le n° d’ordre 3576.
    Il est d’abord enregistré à Saint-Vaast le 25/04/1946 comme Vaquelotte puis reclassé après modification de jauge comme Canot.

     

    2

    Le Croix-de-Lorraine en 1963 au chantier FOUACE à St-VAAST-LA-HOUGUE

     

    En fait, le « Croix-de-Lorraine » est bien un « gros-canot » de Barfleur ou encore, comme les appellent les pêcheurs de Barfleur de l’époque, un « Demi-Bautier » en référence à sa forme identique aux Bautiers mais sans la voute arrière remplacée par un tableau.

     

    Le « Croix-de-Lorraine » est construit pour Eugène OSMONT de REVILLE pour la pêche professionnelle, il est vendu en 1960 à M. René OSMONT de St-VAAST qui le fera complètement reconditionner en 1963 par le Chantier FOUACE.

     

    3

    Le Croix-de-Lorraine en 1963 au chantier FOUACE à St-VAAST-LA-HOUGUE

     

    D’origine le « Croix-de-Lorraine » est destiné principalement aux cordes (palangres).
    Il est alors motorisé avec un Scérès de 25/30 CV.
    Adapté ensuite à des méthodes de pêches plus intensives, il recevra un Perkins de 96 CV.
    Lors du passage à la plaisance, sans aucun gréement, il sera motorisé par un Renault de 30 CV.

     

    Pour remplacer ce moteur Renault de 30cv hors d’usage, la coïncidence fait que c’est encore M. WARIN, après avoir restauré le « Rose effeuillée » qui offre un moteur quasi neufs de 47cv pour remotoriser le « Croix-de-Lorraine ».

     

    4

    Sur cette photo, bien décoré, le « Croix-de-Lorraine » lors d’une fête de la mer à St-Vaast-la-Hougue. Photo M. OSMONT

     

    En début de l’année 1973, le bateau est acquis par M. LEJUEZ Jean-Claude des Flamands à TOURLAVILLE.
    Il exercera l’activité pêche en baie de CHERBOURG jusqu’en 1978 où il sera vendu à M. Michel BERTOT de PORT-BAIL.

     

    5

    Le Croix-de-Lorraine à Cherbourg quelque temps avant sa sortie de pêche.
    Photo F.POCHON

     

    Désarmé et en sortie de la flottille de pêche en octobre 1991, acquis par un jeune charpentier de marine, après des travaux d’adaptation sur ISIGNY, le « Croix-de-Lorraine » passe à la plaisance en 1992 lui offrant ainsi un nouveau départ, remis dans des formes très proches de celles issues de sa restructuration effectuée par le Chantier FOUACE de St-VAAST LA HOUGUE en 1963.

     

    6

    En 2001, ce jeune charpentier doit s’en séparer, il devient la propriété de M. Alexandre KEMPFF, administrateur aux Affaires-Maritimes.

     

    7

    Le CROIX-DE-LORRAINE rentre alors, en 2002, au chantier LEGUELTEL de BLAINVILLE-SUR-MER.

     

    De nouveaux travaux sont réalisés mais ceux-ci s’éternisent.

    89

     

    Blainville-sur-Mer – travaux de 2007

    10

    11

     

    En chantier, sur le « Croix-de-Lorraine », des pièces d’étambot sont démontées.

     

    12

    Photo 2010, Chantier LEGUELTEL, BLAINVILLE-SUR-MER

     

    Un atelier de voilerie de Cherbourg réalise un jeu de voiles pour le « Croix-de-Lorraine » sur plans de François RENAULT.

     

    13

    Quelques espars sont ébauchés.

     

    Mais, le nouveau propriétaire du « Croix-de-Lorraine », doit accepter une mutation à l’étranger et le bateau reste en attente au Chantier LEGUELTEL de Blainville-sur-Mer.

     

    14

     

    Mis en vente en 2007, le « Croix-de-Lorraine » ne trouve pas repreneur.

     

    15

     

    L’association « Cherbourg-Voiles Cotentines », conformément à l’objet de ses statuts de sauvegarde du patrimoine maritime en Cotentin, après de longues négociations engagées en 2008, devient propriétaire du bateau fin 2011, sous certaines conditions, en convention avec son ancien propriétaire.

     

    L’association « Cherbourg-Voiles Cotentines », membre d’A.M.E.R.A.M.I.*, a pour objectif sa gestion, soit seul, soit en partenariat avec d’autres associations, fédérations ou autres dont l’objet est similaire.

     

    16

    AMERAMI Musée de la Marine Palais de Chaillot – 75116

     

     

    Il est alors envisagé d’organiser la gestion du « Croix-de-Lorraine » sur DIELETTE avec une association locale. Malheureusement cette association, par manque d’accords avec les collectivités locales, abandonne le projet alors que le bateau est chargé pour son rapatriement.

     

    17

     

    Le « Croix-de-Lorraine », rapatrié de Blainville le 27 février 2012, est stocké sur le port Chantereyne à Cherbourg.

     

    18

     

    L’association « Cherbourg-Voiles Cotentines » assure donc la sauvegarde du « Croix-de-Lorraine » stocké sur le port de Cherbourg.
    De nouvelles recherches de partenariats s’engagent.

     

    19

    20

    CHERBOURG, Port Chantereyne, 27 février 2012

     

    Le « Croix-de-Lorraine », construit au Chantier BELLOT de BARFLEUR, véritable capital culturel et pédagogique doit être conservé et mis à la portée de tous.

     

    Ci-dessous, carte postale d’un demi-bautier de Barfleur sous voiles dans les années 30, configuration dans laquelle le Croix-de-Lorraine pourrait être réhabilité.

    21

     

    C’est dans cet objectif de travail qu’un accord se dessine avec les adhérents de l’association « Barfleur-Voiles et Traditions » dés le printemps 2012.

     

    Après de nombreux échanges, examens aux fins de protéger chacune des associations concernées, dans le respect de diverses conventions, il est décidé de mutualiser l’expérience et les compétences de chacune et de créer une structure propre au projet de gestion du « CROIX-DE-LORRAINE ».

     

    C’est ainsi que l’association « Les AMIS du CROIX-DE-LORRAINE » a pris naissance.

     

    Autre carte postale d’un Demi-Bautier …

    22

    Une nouvelle histoire commence ….
    Alors n’hésitez pas à embarquer !

     

    Le « Croix-de-Lorraine » est actuellement au chantier ARIES-AMS Marine de Cherbourg, chantier choisi « moins-disant » sur trois devis de chantiers du département de la Manche, pour une remise en navigation rapide.

     

    23

     

    En mars 2014 l’association a signé une convention avec le Fondation du Patrimoine qui assurera également la promotion du Projet, la collecte et la défiscalisation des fonds.
    En contre partie des dons significatifs, l’association pourra mettre à disposition des mécènes le bateau pour des sorties organisées avec le comité d’entreprise par exemple ou participer à des manifestations sous les couleurs de ses mécènes, en règle générale bénéficier de l’image que pourra leur apporter la mise en œuvre de ce projet sur le port de Barfleur, soutenu en cela par la municipalité.

    Ce projet d’envergure avec ce bateau fort de plusieurs symboles historiques, culturels, est de nature à mettre en avant une zone d’activité en évolution constante.
    Si la pêche et le tourisme sont les activités essentielles sur Barfleur, la restauration du « Croix-de-Lorraine » est aussi une opportunité pour le Val-de-Saire afin de dynamiser sur le plan économique son territoire, à partir de son histoire et de son patrimoine.
    La valorisation des produits de la mer, pêche, conchyliculture et des produits transformés, la nécessité du respect et de la protection de la biodiversité, le respect du coût économique lié à ces activités …la transmission du savoir culturel et peut-être faire naître des vocations à partir des écoles de voiles, peuvent être des vecteurs portés par le projet constitué autour de ce bateau.

     

    Discours signature convention entre « Les Amis du Croix-de-Lorraine » et la Fondation du Patrimoine au Chantier Naval Bernard à Saint-Vaast-la-Hougue avec la participation du CRPMN.

     

    Madame, Monsieur,
    Votre décision de soutenir ou non ce projet sera décisif pour son avenir, quelque soit la hauteur de votre participation, votre soutien permettra d’apporter un élan supplémentaire aux dévouement des bénévoles qui s’y sont déjà engagés, de nous permettre d’aller chercher d’autres aides mais aussi de vous faire connaitre prés du public que nous espérons toucher par la mise à disposition la plus large et ouverte possible du bateau et au-delà porter l’image d’une Région …

     

     

    Serge Loit

     

    Un commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

    1. Bertrand BAYART
      Publié dans 25/05/2018 le 18:09

      En 1948 le bateau « Croix de Lorraine » est sorti pour aller pêcher avec 4 marins dont Gustave BURNEL (*) à bord. Partis de Barfleur ils ont eu une panne de moteur.
      Ils ont dérivé un mois, l’équipage a été considéré comme perdu…

      Ils ont été sauvé par un remorquage en catastrophe par gros temps alors qu’ils allaient se fracasser contre les roches d’Etretat.

      (*) son fils David et son épouse Odette pourront peut-être vous en dire plus…

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.