• Les Ecrehous « Zone interdite » pour les pêcheurs

     

     

     

    Les Ecrehous « Zone interdite » pour les pêcheurs

     

     

    Dans un futur proche, les abords d’Ecréhou et des Minquiers pourraient être fermés aux pêcheurs via une campagne Jersiaise visant à protéger les sites jugés importants pour la vie marine.

     

    La Société Jersiaise, l’Association des pêcheurs de Jersey et de l’environnement travaillent actuellement sur des plans pour trouver de nouveaux domaines pour les bateaux de pêche.

     

    Il est à espérer que les résultats d’une étude marine des récifs au large permettra à la société Jersiaise d’examiner et à mettre tous les acteurs d’accord sur un nouvel ensemble de zones de pêche, qui pourrait être présenté aux autorités françaises en Octobre.

     

    Francis Binney, président de la section de biologie marine de la Société Jersiaise, a confirmé que les plans futurs pourraient inclure la fermeture de zones autour d’Ecréhou et des Minquiers aux navires de pêche, en ajoutant que le projet a été compliqué parce qu’elle impliquait des pêcheurs de Jersey, les pêcheurs français et la Société Jersiaise ainsi que deux administrations.

     

    M. Binney a déclaré: «Nous envisageons maintenant les différentes zones de la mer: Ecréhou et Minquiers. Nous ne vions plus un objectif agricole avec cet archipel, mais nous leur donnons désormais une valeur écologique et touristique.

     

    «Il est à espérer que, dans le mois prochain, nous pouvons obtenir toutes les données et présenter une proposition concrète qui pourra être convenue lors de la prochaine réunion de la baie de Granville avec les Français en Octobre 2015.  »

     

    Les commentaires de M. Binney suivent plusieurs revendications des écologistes et des plongeurs de pétoncles comme par exemple contre les dragues de pêche (équipement qui est traîné sur le fond de la mer pour recueillir des espèces benthiques) qui nuisent aux habitats sous-marins.

     

    M. Binney a expliqué qu’il était essentiel que tous ces types de changements n’ont pas forcément un effet négatif sur l’industrie de la pêche. «La dernière chose que nous voulons faire est de détruire les moyens de subsistance, a t-il ajouté.
    «Nous voulons trouver, avec tous les acteurs, la réponse la mieux adaptée ».
    Source : Jersey Evening Post

     

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.