• La route de l’Atlantique, l’Atlanterhavsveien

     

     

    La route de l’Atlantique, l’Atlanterhavsveien

     

     

    De part le monde il y a des endroits dont la beauté est méconnue, même lorsque l’Homme y a cousu un ruban d’asphalte. C’est le cas de l’Atlanterhavsveien ou la route de l’Atlantique. Un tronçon d’à peine 8 km jouant à saute mouton entre l’océan et les Fjords norvégiens.

     

     

     

     

    atlanterhavsvegen (1)

     

     

    Les Norvégiens en sont très fiers, ils l’ont élu construction norvégienne du siècle, rien que ça ! Il faut dire que la Route de l’Atlantique est surprenante à plus d’un titre. Notamment parce que contrairement à la Route 66 et ses 3 940 km reliant Chicago à Los Angeles, la balade norvégienne ne dure que 8 km.

     

     

    atlanterhavsvegen (3)

     

     

    Il faut bien reconnaître que pour emprunter l’Atlanterhavsvseien, il faut le vouloir ! Ou vivre dans le coin. Cette route relie Averøy à Eide, deux petites villes de l’ouest d’une région où les Fjords et les hivers rigoureux règnent en maître. Dans ce comté (fylke) de Møre og Romsdal, à peine 260 000 personnes vivent. Soit une densité de 17 habitants au km2. Ce n’est pas pour autant que l’aménagement du territoire est absent. La Route de l’Atlantique a pour vocation d’économiser du temps et du carburant en reliant deux villes là où il fallait autrefois largement contourner les zones humides des fjords. Inaugurée en 1989, cette route fut payante jusqu’à ce qu’elle soit amortie. Depuis 1999 elle est gratuite.

     

     

    atlanterhavsvegen (4)

     

     

    Sur 8 kilomètres, l’Homme est parvenu à dresser la nature. 6 ans de travaux et 8 ponts et viaducs qui s’enchaînent au rythme d’une Nationale (attention aux pêcheurs sur le bas côté) dont un morceau de bravoure : Le Storseiundet, édifice de 23 mètres au dessus de la mer et 260 mètres de long à la perspective saisissante. Son architecture tout en volumes et courbes attire de nombreux photographes venus s’amuser avec la perspective. « The road to nowhere » comme l’indiqua le Daily Mail il y a quelques années. La route vers nulle part.

     

     

    atlanterhavsvegen (2)

     

     

    Parait-il qu’avec de la chance et par temps clair, on peut y apercevoir des baleines ou des phoques. Nul doute qu’une tempête doit s’y apprécier à nul autre pareil. Un site officiel existe et dispose d’une impressionnante galerie photos dont sont issues les illustrations de l’article. Un endroit à voir, une fois dans sa vie, en conclusion pourquoi pas d’un road trip vous baladant de France en Norvège. Il n’y a pas que les routes du sud qui sont belles.

     

     

     

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.