• Internet haut débit en mer c’est possible

     

     

    Internet haut débit en mer c’est possible

     

     

    Jusqu’à présent, l’internet en mer relevait de l’exploit, ou nécessitait un équipement pas forcément accessible au plus grand nombre. Imaginer surfer en haut débit était en outre réservé au monde du yachting et de la grande plaisance…

     

    Seailink (1)

     

    La société MGV lance S@iLink, le premier boîtier de connexion en mer à l’Internet Haut Débit.

    Après les voitures, les trains ou les avions, c’est au tour des bateaux de passer à l’Internet avec la solution S@iLink qui utilise les réseaux mobiles 3G/4G…

    Avec ce premier boitier S@iLink, la société MVG (Microwave Vision Group) propose une solution abordable, pour embarquer l’Internet Haut Débit à destination de tous les marins naviguant à proximité du littoral ou en zone portuaire. Qu’ils soient plaisanciers, marins-pêcheurs, gardes côtes ou professionnels de la mer, ce système assure une connexion à Internet à ses utilisateurs. Ce matériel prend surtout en compte les conditions très particulières liées à la propagation des ondes au-dessus de la mer (roulis, tangage…).

     

     

    La réponse à un besoin de tous les marins

    Les solutions pour rester connecté à Internet (via satellite) en mer avec un débit correct relevaient jusqu’ici de matériels onéreux, réservés le plus souvent aux yachts, professionnels et navires haut de gamme. Il restait évidemment la bonne ‘vieille’ radio pour une communication audio, mais cela restait insuffisant pour les nouveaux usages numériques liés aux loisirs ou à la sécurité des marins. Une nouvelle solution sera commercialisée ce printemps : S@iLink. Ce matériel est le fruit de plus de 28 mois de recherches et développements, élaboré en collaboration avec Alcatel-Lucent, Deti, Thales Communication, Telecom Bretagne, et menés par les pôles de compétitivités numériques Images & Réseaux et Mer Bretagne Atlantique.

     

    Seailink (3)

     

    Une solution technique performante

    Il est constitué par un boitier étanche et résistant à la corrosion, pesant environ 2 kg, construit en matériaux durcis, connecté à deux antennes large bande qui lui permet d’optimiser la connexion avec les réseaux 4G (Bandes 1, 3, 7, 8 et 20). Le diagramme de rayonnement des antennes a été pensé pour assurer une connexion optimale quelles que soient les conditions de navigation. Lorsque S@iLink n’est pas en zone de couverture 4G, il peut redescendre sur des technologies moins performantes (2G/3G) pour rester connecté avec des débits réduits, qui assurent cependant le lien avec la terre ferme, notamment pour assurer une bonne sécurité.

     

     

    En plus du matériel, il suffira d’un abonnement téléphonique mobile avec data, pour être alors connecté à Internet à proximité des côtes, en théorie jusqu’à une quarantaine de kilomètres… Il autorise des communications allant jusqu’à du 100 Mbits/s pour des distances pouvant atteindre les 20 milles nautiques (37 km) des côtes ou plus précisément, de l’antenne terrestre 3G/4G de l’opérateur auquel l’utilisateur est abonné. Il est doté d’un port Ethernet qui permet de brancher un ordinateur pour accéder à Internet ou connecter un routeur WiFi pour partager la connexion avec les Smartphones et tablettes à bord.

     

    Seailink (2)

     

    Il sera possible de le découvrir au salon EUROMARITIME, qui se déroulera à paris du 3 au 5 février, sur le stand du Pôle Mer Bretagne Atlantique. Le S@iLink devrait sortir au mois d’avril 2015, avec un prix de commercialisation en dessous des 1000€ (en prix HT), avec une offre à prix préférentiel pour les précommandes…

     

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.