• Les pêcheries de la baie du Mont-Saint-Michel

     

    Les pêcheries de la baie du Mont-Saint-Michel, uniques en Europe!

     

     

    Pêcherie (00)

     

     

    Les pêcheries fixes, vestige d’une activité ancestrale, constituent une spécificité de la baie du Mont-Saint-Michel, et sont les témoins des premières activités humaines liées à la pêche dans la baie.

     

     

    pêcherie (1)

    pêcherie (2)

     

     

    Nous sommes dans cette splendide baie du Mont-Saint-Michel. C’est ici que tout a commencé puisque nous sommes sur des traces du néolithique. Luc Chatelais est un des spécialistes de l’histoire des pêcheries dans la région.
    Nous sommes sur les lieux d’une pêcherie qui était établie ici au néolithique en 2300 av. JC, donc il y a plus de 4000 ans. Nous apercevons donc autour de nous tous les vestiges. Quelques pieux de chênes qui ressortent du sol et qui ont permis de repérer le site précisément, les archéologues ont fait un travail de recherche. Dont on aperçoit les petits témoins placés par des archéologues. Ils ont pu cartographier le lieu, et la pêcherie était étanche avec une forme en général en v, la pointe tournée vers la mer. Donc deux grands bras constitués de pieux avec des branches entrelacées, et le poisson quand la mer descend, est piégé progressivement à l’intérieur des grands bras. Et il est coincé à la pointe de la pêcherie, là il était attrapé avec des filets, à la main, enfin de différentes manières.

     

     

    pêcherie (3)

    pêcherie (4)

     

     

    La pêcherie est conservée intégralement sous la tangue, elle est protégée des agressions de l’air et du climat et donc la pêcherie est intacte. Ce sont des branches de bois tressées entre des pieux de chêne. La baie du Mont-Saint-Michel a toujours été, une baie très poissonneuse. C’était un moyen facile de se procurer du poisson à condition de travailler de manière collective. Il fallait qu’il y ait un groupe social assez soudé, tout un village travaillait à la constitution de cette pêcherie. C’est la plus ancienne que l’on connaisse en France. Sachant qu’après il y a eu une évolution puisqu’un petit peu plus loin à quelques centaines de mètres, à quelques kilomètres, il y a la période médiévale aussi.

     

     

    pêcherie (5)

    pêcherie (6)

     

     

    On a progressivement des pêcheries qui se sont établies au fil du temps au cours des siècles et donc des pêcheries du Moyen Age entre l’an 800 et l’an 1200. Elles sont en pierre et en bois. Il y a du bois à l’intérieur des murs de pierre. A la pointe, il y a des pêcheries qui sont du 19e et du 20e siècle. Donc en quelques kilomètres, on remonte l’histoire sur 2000 ans.

     

     

    pêcherie (7)

    pêcherie (8)

     

     

    Une anecdote amusante et intéressante, concernant l’époque médiévale justement, le poisson était très important dans l’alimentation. Avec l’influence de la religion catholique, il y avait de nombreux jours dans l’année où il fallait jeûner, c’est-à-dire ne pas manger de viande, il y avait 180 jours dans l’année où il ne fallait pas manger de viande. Donc il était bon de pouvoir trouver un autre aliment, le poisson était idéal. Et les moines qui s’étaient établis dans la région –il y a de nombreuses abbayes (dont l’abbaye du Mont-Saint-Michel derrière nous) possédaient des pêcheries.

     

     

    pêcherie (9)

    pêcherie (10)

     

     

    Il n’y a pratiquement pas de différences, les pêcheries sont construites aujourd’hui comme elles l’étaient au néolithique, c’est ça qui est assez étonnant. Autrefois c’était intéressant de posséder une pêcherie. On estimait que le rapport d’une pêcherie était l’équivalent de celui d’une ferme. Ce sont des installations en forme de V à la pointe dirigée vers le large. Etablies à une distance de deux ou trois kilomètres de la côte, elles sont destinées à piéger le poisson à marée descendante. Les pannes ou les haies sont les deux branches qui en forment la structure, elles ont une longueur comprise entre 250 à 300 mètres.

     

     

     

    pêcherie (11)

    pêcherie (12)

     

     

    Les prises et les espèces varient selon la saison, les vents dominants ainsi que les marées. La pêche est en fonction des vents et des conditions atmosphériques. Quand on a des vents de Nord-est, on ne prend rien. Avec des vents de Noroît, l’eau se trouble et on peut pêcher du poisson plat, des plies et des soles essentiellement. Quand l’eau est claire et que les marées sont petites, on pêchera plutôt du poisson rond comme le maquereau ou la sardine. L’hiver, il arrive de capturer bars, mulets, tacots et éperlans. Au début de l’été, c’est le saumon, la seiche, le chinchard et l’anguille. Mais l’été quand il fait chaud, l’abondance de méduses étouffe le poisson. Les propriétaires des pêcheries vident la nasse à chaque marée.

     

     

    pêcherie (13)

    pêcherie (14)

     

     

    Cette technique de pêche est contestée depuis plusieurs siècles sous prétexte qu’elle ne préserve pas la ressource puisqu’elle est non-sélective. C’est sur ce constat que les pêcheries ont souvent été mises en cause par les autorités publiques. Cet aspect ainsi que leur régime de propriété méritent d’être plus longuement présentés. Elles constituent aujourd’hui la seule forme de propriété privée sur le DPM. (Domaine Public Maritime)

     

     

    pêcherie (15)

    pêcherie (16)

     

     

    Le principe de la pêcherie d’estran (l’étroit bandeau entre marée haute et marée basse) est simple. Le pertuis (un filet ou une nasse en osier) du barrage était situé au-dessus du point le plus bas des marées basses et le haut de l’édifice devait être entièrement submergé à marée haute. La plupart de ces constructions sont en pierres. Certaines s’appuyant sur des rochers ou d’autres étant isolées.
    C’est un élément de notre patrimoine qu’il ne faut absolument pas laisser disparaître. Les gens de mer qui s’en occupent, les pêcheurs qui y travaillent ont su me transmettre leur amour pour ces pêcheries, la volonté de tout faire pour les préserver pour que nos petits enfants puissent les voir, un jour sur le rivage comme elles sont actuellement.

     

     

     Les prochains articles sur les pêcheries concerneront les pêcheries de Granville jullouville et Hauteville sur mer.

     

     

     

     

    2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le votre.

    1. françois
      Publié dans 12/12/2014 le 10:44

      il y a à Siouville les restes en pierre de la pêcherie du père Martin…mais c’est tout ce que j’en sais.
      Bien amicalement.

      • lebosco
        Publié dans 12/12/2014 le 12:24

        Merci François, elle fera l’objet d’un article, mais ce n’est pas le même type de pêcherie que dans la baie.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.