• La crainte de la mer et l’ex-voto

    La crainte de la mer et l’ex-voto

     

    L’attitude des gens de mer face aux dangers et à la mort atteint une intensité originale. La crainte de la mer est universelle, on la retrouve dans toutes les régions du monde. En effet, la mer est la source de tous les maux, elle est le domaine de l’instable et on la considère comme une survivance du chaos originel. Dans l’Apocalypse, elle est décrite comme un lieu effrayant habité par un monstre qui peut par analogie être rapprochée de l’enfer.
    La mer inspira la peur (1) La tempête est considérée comme une manifestation de colères extranaturelles plutôt que comme un phénomène météorologique. La mort en mer est redoutée parce qu’elle implique la privation de sacrements et la privation de sépulture. Ces craintes inspirent, avant le danger, des rites d’exorcismes des forces maléfiques de la mer et de purification pénitentielle. Au milieu du danger, les hommes en perdition appellent au secours des intercesseurs surnaturels et multiplient prières et vœux. Les survivants, par loyauté, reconnaissance et prudence devant les conséquences d’un parjure, s’acquittent de leurs engagements et déposent au sanctuaire choisi l’objet, ex-voto, qui atteste l’exécution de la promesse, représente le donateur et exprime le lien contracté par lui avec son intercesseur céleste. Les comportements du marin devant le danger et la mort sont ainsi une manifestation des relations de l’homme avec le sacré et l’acte votif une démarche naturelle, commune à tous, que l’Eglise a christianisée.

    Michel Mollat du Jourdin : Les attitudes des gens de mer devant le danger et devant la mort, Ethnologie française.

     

    La mer inspira la peur (2)

     

     

    Je vais tout d’abord vous expliquer ce qu’est un ex-voto, j’évoquerai ensuite les différentes formes qu’il peut prendre ainsi que son histoire, enfin je présenterai les ex-voto marins d’une manière plus détaillée et en particulier les ex-voto de la Manche.

     

     

     

    Qu’est-ce qu’un ex-voto ?

    Un ex-voto est un objet, un tableau ou une plaque gravée que l’on suspend dans une église, une chapelle ou un lieu vénéré à la suite d’un vœu exaucé ou en mémoire d’une grâce obtenue. Le terme “ex-voto” est une contraction de la formule latine ex-voto suscepto qui signifie « suivant le vœu fait », « en conséquence d’un vœu » ou encore « en conséquence d’un vœu par lequel on s’est engagé ».

     

    La procédure du vœu se déroule selon trois temps immuables :

    La mer inspira la peur (3)

    La mer inspira la peur (4)

     

    Tout d’abord l’épreuve, lors de laquelle l’Homme constate sa faiblesse et demande une protection surnaturelle.
    Ensuite la promesse solennelle d’un acte de reconnaissance.
    Enfin l’accomplissement de cette promesse.
    La finalité de l’ex-voto est de rendre grâce au saint ou à la divinité invoquée par un vœu. Il rend toujours compte d’un évènement et d’une protection que l’on attribue à un personnage céleste.
    Face au déchaînement de la nature (ouragans, trombes d’eau, orages, tempêtes, etc.) ou à d’autres infortunes de mer (abordages, échouages sur des récifs, avaries, voies d’eau, chutes de mâts, incendies, explosions, combats navals, naufrages, etc.) le marin se trouve spécialement concerné par cette pratique votive liée, chez les catholiques, à sa confession religieuse. Le marin protestant ne disposant pas, en théorie, de ce genre de recours à un intercesseur bienveillant est renvoyé à un strict face-à-face avec son Dieu : les objets votifs ne se rencontrent donc pas dans les pays protestants.

     

    La mer inspira la peur (5)

    La mer inspira la peur (6)

     

    En France les chapelles et églises de nos côtes atlantiques et de la mer du nord conservent surtout des maquettes de bateaux suspendus ; les ex-voto marins peints se trouvent principalement sur la côte méditerranéenne. Quand le caractère religieux et votif des tableaux était accessoire les capitaines de navires et les armateurs les accrochaient à leurs murs. Aussi bien tous les vœux ou engagements formulés dans la plus extrême terreur pouvaient s’oublier quand on retrouvait la terre ferme.

     

    Les différentes formes d’ex-voto.

    Les ex-voto se présentent sous des formes extrêmement variées et multiples que nous pouvons classer par groupes. L’ex-voto peut revêtir une forme anthropomorphe : il se présente alors sous la forme d’une figurine de cire ou de métal découpé représentant le membre malade ou le donateur en position de prière. On peut également le trouver représenté symboliquement par un cierge brûlant au nom du donateur ou encore une lampe à huile, souvent en argent, que l’on entretient. L’acte votif peut également se concrétiser par le don d’un objet religieux. On trouve aujourd’hui de plus en plus de plaques de marbre gravées.
    On rencontre aussi des ex-voto peints. Il s’agit de petits tableaux représentant l’événement à l’origine de la protection. Il précise la nature du vœu. Les ex-voto marins peuvent également prendre cette forme. Ces ex-voto si divers dans leur forme peuvent être classés en “familles”. La première de celles-ci est composée par les objets-souvenirs directement liés au miracle.

     

    La mer inspira la peur (7)La mer inspira la peur (8)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour les marins, on a des bouées, des brassières, des épaves, des ancres et des fanaux. La deuxième famille comprend les objets manufacturés achetés aux portes des sanctuaires… Pour les ex-voto marins, c’est dans ce groupe que l’on peut classer les maquettes. La troisième famille est celle des ex-voto scéniques. On trouve des graffiti, des tableaux, des dessins, des fixés sous verre, des mosaïques et des photographies. Tous racontent en image le miracle et ses circonstances.
    Derrière les diversités de formes, l’unité de l’ex-voto est constituée par sa destination votive : l’ex-voto est un don. Il relève généralement d’une initiative individuelle n’entrant pas dans les cadres cléricaux. Dans la plupart des cas il n’existe pas de rites qui accompagnent l’acte votif. L’ex-voto la plupart du temps n’est pas déposé à la dérobée : il s’agit d’un acte public.
    On l’accomplit à l’occasion d’une visite individuelle ou familiale au sanctuaire. Dans les grands sanctuaires, les jours de fête attirent beaucoup de pèlerins et de nombreux ex-voto peuvent être déposés même s’il n’existe pas de date fixe pour la remise des ex-voto. Il n’y a que dans le milieu de la mer que la pratique votive suscite une sorte de rituel autour de l’acte votif : certains font dire une messe commémorative tous les ans, d’autres sortent les objets du sanctuaire et les promènent en procession. Il s’agit là d’une spécificité propre aux ex-voto marins que nous évoquerons plus loin.

    La mer inspira la peur (10)

    La mer inspira la peur (9)

     

    Historique de l’ex-voto.

    Les premiers ex-voto.
    L’ex-voto existait déjà dans l’occident préchrétien. Les premiers ex-voto remonteraient aux Phéniciens. A l’issue d’heureuses traversées, ces aventuriers de la mer offraient aux divinités marines des statuettes de pierre ou d’argile. C’est donc dans le milieu de la mer que cette pratique a débuté. Lorsque la civilisation chrétienne se substitue au monde païen, elle adapte les coutumes à ses dogmes et les exploite à son tour. Ses statues détrônent les statues païennes. Les Vierges noires vénérées dans les cryptes succèdent aux déesses-mères de la fécondité

     

     

    La mer inspira la peur (11)

    La mer inspira la peur (12)

     

    La naissance de l’ex-voto peint Les premiers ex-voto peints apparaissent en Italie centrale au milieu du XVe siècle dans les sanctuaires de Cesena et Viterbe. Les peintres d’ex-voto s’inspirent de deux modèles : celui des « miracles de la vie des saints » représentés sur les prédelles et celui des « Vierges au donateur » qui sont des tableaux de dévotion offerts par les membres de l’élite sociale et placés dans les chapelles où ils désiraient être enterrés. Ceux-ci représentaient la Vierge (au centre) et le donateur en position de prière (représenté à une échelle inférieure). Le fait de faire figurer des personnes terrestres et célestes dans un même tableau va être caractéristique de l’ex-voto.

     Les ex-voto marins.

     

    Les périls de la mer ont été à l’origine de nombreux ex-voto. En effet, le monde de la mer présentait beaucoup de dangers et la tradition votive y est très présente. Quand l’ex-voto n’est pas une maquette du bateau mais une représentation picturale, l’embarcation se trouve tout de même au centre du tableau. La composition des ex-voto marins évolue cependant au cours des siècles dans le même sens que l’ensemble des ex-voto peints : l’espace céleste diminue de plus en plus. La scène la plus représentée est celle d’un navire en pleine tempête. La peinture précise les dégâts qu’avait subis le bateau. Certains tableaux ou objets ont également été déposés par des marins en remerciement pour n’avoir jamais subi de telles mésaventures au cours de leur carrière. A bord du bateau, de nombreux accidents pouvaient également survenir comme la chute du haut d’un mât ou à la mer par exemple et, de plus, les marins étaient confrontés à des maladies souvent liées à des carences alimentaires. On peut observer à travers l’ex-voto marin, l’évolution des navires et les progrès de la navigation.

     

    La mer inspira la peur (14)La mer inspira la peur (15)

     

     

     

     

     

     

     

    Les chapelles côtières comptent énormément d’ex-voto marins. A l’inverse de la règle générale, beaucoup d’ex-voto marins sont confectionnés par les marins eux-mêmes. Il peut s’agir de modèles géants de procession, de modèles réduits suspendus ou protégés sous des globes de verre, de bateaux en bouteilles, de boîtes ou encore de demi-coques. Si les tableaux prédominent sur les bords de la Méditerranée, ce sont les maquettes qui sont les plus nombreuses dans les mers du Ponant. Souvent ces maquettes font preuve d’une virtuosité particulière. Le marin est lié affectivement à son bateau, c’est lui qui le conduit au port et qui le mène au milieu des écueils. Il est de ce fait chargé de symboles. Ainsi, en déposant sa maquette, le marin accomplit davantage qu’une promesse, il laisse une partie de lui-même aux pieds de la Vierge.

     

    La mer inspira la peur (13)

    Il serait cependant excessif de prétendre que toutes les maquettes sont des ex-voto. Rien ne distingue, sauf exception, une maquette ex-voto d’une maquette ornement ou d’une maquette cadeau. Une étude de Henning Henningsen donne les chiffres suivants : au Danemark il n’existe qu’environ un et demi pour cent de véritables ex-voto dans cette zone protestante. Les autres sont probablement des offrandes. Il existe une différence entre l’ex-voto et l’offrande ; en effet, un ex-voto est déposé après une grâce obtenue, en remerciement, alors qu’une offrande peut être déposée pour de multiples raisons, elle n’a pas une fonction gratulatoire. Dans les zones catholiques, où l’ex-voto est plus encouragé, il est pertinent d’avancer que trente à quarante pour cent de ces maquettes sont d’authentiques ex-voto. Elles peuvent ne pas être liées à une épreuve précise mais à l’intégralité d’une vie passée en mer.

     


    Les ex-voto marins peints sont réalisés sur des supports divers tels que le bois, la toile, le carton, le papier ou encore la tôle. Les plus anciens sont peints à la détrempe sur des planches mal rabotées et de qualité modeste qui se fendillent souvent à cause de l’humidité. Lorsqu’ils sont réalisés par les marins eux-mêmes, il arrive fréquemment que ceux-ci utilisent la toile à voile goudronnée et la peinture du bord. Les sujets des tableaux votifs marins sont révélateurs des risques de la mer. Les plus impressionnants sont les déchaînements de la nature : orages, ouragans, trombes d’eau, feux St-Elme. Les navigateurs sont également confrontés à d’autres dangers qui, quoique parfois moins spectaculaires, sont tout aussi redoutables : Naufrage, abordage, voie d’eau, chute du mât, combat naval, captivité et maladie. Les naufrages pouvaient avoir des causes météorologiques (vent, tempêtes …), être le résultat d’une erreur de navigation (erreur de pilotage ou d’estimation par exemple), être dus à des révoltes de captifs ou à des mutineries de l’équipage, ou encore être la conséquence de défaillances matérielles telles qu’une avarie du navire, un incendie ou une explosion à bord.

     

    La mer inspira la peur (16)

     

    L’ex-voto de l’église de Flamanville

     

    Ex-Voto_Flamanville

     

    Et ci-dessous des ex-votos du département de la Manche

     

    Prenez le temps de regarder toutes les pages du PDF, en ayant une pensée sur le bonheur ou la tragédie à l’origine de chacun de ces Ex-votos.

     

     

     

    Je tiens à remercier Monsieur Georges Rault détenteur du site www.ex-voto-marins.net et Monsieur Franck Rossell auteur de nombreuses photos, de m’avoir autorisé à utiliser leurs photos et une partie des articles.

     

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.