• La plus haute vague jamais enregistrée

    La plus haute vague jamais enregistrée en Atlantique.

     

    Des vagues de 20 à 36 m ont été repérées par satellite lors d’une tempête.

    C’était une nuit glaciale de février (13-14 février 2011), quelque part en plein milieu de l’Atlantique Nord, au sud du Groenland et de l’Islande. Une grosse tempête, baptisée Quirin, quatrième de la saison, faisait hurler le vent à plus de 140 km/h, se déplaçant vers l’est à quelque 100 km/h. Cette énorme dépression s’en est donnée à cœur joie, soulevant des vagues énormes, se déplaçant aussi vite qu’elle et augmentant ainsi leur dimension. Il n’y avait semble-t-il, heureusement, pas un chat dans les parages. Mais ce dont la tempête ne se doutait pas, c’est qu’elle était «filmée». Les yeux radar du satellite Jason-2 la scrutaient.
    Une équipe internationale (Français, Américains, Portugais) conduite par le Laboratoire d’océanographie spatiale du centre de Brest de l’Ifremer vient de finir d’analyser toutes les données satellitaires recueillies, couplées avec des informations sismologiques (une tempête de cette puissance crée en effet un «bruit» que les sismographes peuvent enregistrer) auxquelles s’ajoutent des observations de bouées in situ et des simulations numériques de vagues (Bulletin of American Meteorological Society).

     

    Belharra; Pays Basque français, Urrugne (64) le 16/02/2011 : Benjamin Sanchis surfe l'une des plus grosses vagues au monde de la saison | Belharra; French Basque Country, Urrugne (64) on 16/02/2011: Benjamin Sanchis surfs one of the biggest waves in the world this season [AT]

     

    «La valeur de hauteur de vague de 20,1 m enregistrée le 14 février 2011 est la plus forte “hauteur significative” mesurée par un altimètre depuis le début de ce type de mesures à la fin des années 1980», écrivent les chercheurs de l’Institut. Le précédent record, 19,15 m, avait été enregistré aussi en Atlantique en 2007.

     

    Sur les côtes françaises

    Cette «hauteur significative» est en réalité une moyenne de hauteur des vagues présentes, car le radar ne peut mesurer les vagues une à une. Les statistiques connues de hauteur de vague suggèrent «que la plus haute vague générée par Quirin mesurait probablement plus de 36 mètres de haut». La largeur de telles vagues est de plusieurs centaines de mètres.

    Les spécialistes savent que les mesures altimétriques satellitaires sont un peu moins précises au-delà d’une hauteur de vague de 15 m. C’est pourquoi les chercheurs ont voulu valider les relevés de Jason-2 avec toutes les autres données disponibles, dont les données sismiques. Toutes les stations d’enregistrement disponibles entre les Açores et le nord de la Norvège ont été mises à contribution, validant ainsi l’événement exceptionnel représenté par Quirin.

     

    La plus haute vague  (2)
    Les observations près des côtes européennes ont été tout aussi payantes. Dans la nuit du 15 au 16, le port de Royan (Charente-Maritime) a subi d’importants dommages liés à la houle venue de Quirin tandis que, le 16, le surfeur français Benjamin Sanchis remportait, au large de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques), le prix Billabong XXL de la plus grosse vague surfée dans le monde (une vague estimée à 20,4 m).
    Dans les années à venir, quand de nouveaux satellites dernier cri prendront leur quart au-dessus de nos têtes, comme par exemple le radar Swim, qui sera embarqué sur le satellite sino-français CFOSAT, une meilleure compréhension de la mécanique du cœur des vagues en plein océan devrait permettre d’améliorer leur prévision et d’assurer une meilleure sécurité pour tous.

     


     

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.