• Les pêcheries dans la baie du Mont-Saint-Michel

    Les pêcheries dans la baie du Mont-Saint-Michel

     

    Les pêcheries dans la baie du Mont-Saint-Michel sont très anciennes (les premières dateraient du début du Bronze ancien et de récentes fouilles ont eu lieu tant dans la partie sud de la Baie sur l’activité de briquetage aux époques gauloises et gallo-romaines, que sur l’occupation de la Butte de Lillemer et de son marais vers 4000 ans avant JC.

     

    Pêcheries (1)

     

    Pour les pêcheries du nord-est de la Baie, elles sont surtout sur le secteur de Saint-Jean-le-Thomas et Champeaux.
    Comme tous les grands estuaires européens, la baie du mont Saint-Michel offre un patrimoine archéologique spécifique et spectaculaire. Elle le doit à plusieurs particularités liées à un environnement exceptionnel. En premier lieu, elle le doit à la richesse des ressources littorales telles que le poisson et le sel. Elle le doit également à des conditions géologiques rarement rencontrées : d’une part, une sédimentation continue pendant toute la durée de l’Holocène récent (depuis 6300 avant J.-C.), et d’autre part, à l’omniprésence de l’eau, qu’il s’agisse de l’eau douce de la nappe phréatique ou de l’eau salée apportée par le battement des marées. Par la qualité de la conservation des vestiges au sein de sédiments fins vaseux ou sableux, les sites dits « en milieu humide » constituent une des priorités actuelles de la recherche archéologique.

     

    Pêcheries (2)

     

    Les recherches archéologiques récentes réalisées dans la partie sud de la baie se sont portées sur l’activité de briquetage aux époques gauloises et gallo-romaines, ainsi que sur l’occupation de la Butte de Lillemer et de son marais vers 4000 avant J.-C. Nous évoquerons ici le travail en cours sur la partie nord-orientale qui porte principalement sur les vestiges d’anciennes pêcheries fixes.

     

    Pêcheries (3)

     

    Les pêcheries du nord-est de la baie.
    En 2003 a été lancé un programme de recherche visant à étudier les installations anciennes sur le domaine maritime. Ce projet a montré l’état général de conservation exceptionnel de ce type de sites. La zone nord-est de la baie (secteur de Saint-Jean-le-Thomas – Champeaux) constitue à cet égard un véritable laboratoire d’étude pour les anciennes pêcheries. Grâce à une faible exposition à la houle du nord-ouest et à des dépôts de sédiments très fins, les vestiges de ces sites ont pu être remarquablement conservés, même s’ils sont aujourd’hui largement menacés par l’érosion littorale.
    Les travaux sur la zone intertidale ont été menés dans des conditions difficiles. Ils ont jusqu’à présent comporté des relevés topographiques, l’étude du contexte sédimentaire de cette zone, des campagnes d’échantillonnage des bois, des fouilles et des travaux d’analyse (étude des bois et des restes de poissons, datation par le carbone 14).

     

    Pêcheries (4)
    Les sites découverts se partagent en trois grands ensembles :
    au sud, des pêcheries en bois du début du Bronze ancien (vers 2 000 ans avant J.-C. en date calibrée) ;
    au nord, des pêcheries médiévales mêlant digues de pierre et palissades en bois ;
    au centre, un ensemble de structures circulaires en pierres (avec parfois des pieux de bois), non datées et probablement également liées à la pêche.

     

    Pêcheries (5)

     

    Les pêcheries en bois de la plage de Pignochet et de la plage Saint-Michel à Saint-Jean-le-Thomas.
    Vers 2000 ans avant J.-C., la mer a atteint temporairement un niveau moyen relativement proche de l’actuel dans un contexte transgressif. S’installant dans une zone traversée par des chenaux de marée, les hommes ont alors construit sur l’estran une vaste installation en bois, couvrant près de 2 hectares et destinée à piéger les poissons. Découverte dans un état de conservation exceptionnelle, elle est constituée d’alignements de pieux : au centre, deux structures fermées en bois, en périphérie des alignements rayonnants. Chaque alignement supportait un entrelacs de gaules, tandis que des branches très fines, des herbacées ou des tiges de fougères protégeaient fréquemment la base de ces haies, fortement exposées à la houle, et qui nécessitaient un entretien permanent.
    L’un des aspects les plus spectaculaires du site réside également dans la présence de multiples renforts obliques étayant les palissades, qui devaient s’élever à un minimum de 1,50 m de hauteur.

     

    Pêcheries (6)

     

    Les principales essences ayant servi à la fabrication des pieux sont l’aulne, le saule, le frêne, le noisetier, plus rarement le chêne. L’analyse des éléments issus de la fouille des premiers sondages permet également une approche de l’approvisionnement en bois de clayonnage composé surtout de noisetiers, mais également de saules et de genêts.
    Les nombreux chenaux qui traversent l’installation semblent avoir eu une fonction importante. Le principe de piégeage des poissons semble toutefois plus complexe que les pêcheries actuelles. La connaissance de l’environnement du site a considérablement progressé grâce, d’une part, à une collaboration étroite avec les géologues et géomorphologues travaillant sur le site. Une première typologie des faciès lithologiques sur la zone intertidale actuelle a ainsi été dressée. Les objectifs principaux de cette analyse sont de mesurer l’éloignement du site par rapport à la côte, d’identifier les multiples chenaux qui ont sillonné l’estran et de les dater par rapport à la période de fonctionnement de la pêcherie.

     

    Pêcheries (7)

     

    La fouille de multiples secteurs a été riche d’informations techniques, aussi bien sur les dispositifs de protection du pied de haie que sur les modes de clayonnage. L’élévation de clayonnage conservée grâce à une chape de tangue peut ainsi atteindre une cinquantaine de centimètres. Le passage de petits chenaux de marée traversant des haies de clayonnage peut être identifié en surface par la présence de nombreux galets de tangue ou de graviers. Les aménagements découverts évoquent plusieurs zones pêchantes et la possibilité de barrer le chenal par un filet ou bien une grande nasse. L’érosion active a permis l’observation de nombreuses empreintes de pas humains bien visibles, ainsi que des zones de circulation de bovidés. Les objets archéologiques rencontrés sont rares et souvent sans rapport avec ceux que l’on trouverait sur un site d’habitat : peson de filet en terre cuite, copeaux de bois, liens torsadés en branches de noisetier, outil en bois de cerf emmanché destiné à fendre du bois. Les restes de poissons sont fréquemment piégés en pied de haie : le tamisage des nombreux prélèvements a permis la collecte d’un grand nombre d’écailles, de quelques éléments de rachis et de crâne actuellement en cours d’étude.

     

    Pêcheries (8)

     

    La pêcherie en bois de la plage Saint-Michel est située environ 500 m au nord de la précédente et utilise le même vaste système de chenaux de marées. Cette pêcherie en bois, découverte plus récemment, a globalement une forme en V dont l’angle est très ouvert vers le nord-ouest. Elle est indiscutablement implantée dans un ancien paléochenal colmaté. À la pointe du dispositif, la ligne de pieux s’interrompt pour faire place à un aménagement qui a été partiellement fouillé. Le long des pieux est apparue une trame de fines gaules de noisetier entrelacées sur une armature de piquets épointés. Ces piquets sont répartis tous les 20 cm en moyenne et forment un véritable panneau de clayonnage autonome, fixé sur la face aval de la haie.
    L’existence de panneau de clayonnage mobile est pour la première fois attestée dans cette zone d’étude. Ce dispositif est connu dès le Néolithique final et a été employé jusqu’à quasiment aujourd’hui sur les pêcheries en bois de la façade occidentale du Cotentin. Cette installation semble contemporaine de l’ensemble de la plage de Pignochet.

     

    Pêcheries (9)

     

    Les pêcheries médiévales en pierre de Champeaux.
    Au sud de la falaise de Champeaux qui forme la limite du massif de Carolles, figure un vaste complexe de digues de pierres en forme de V, couvrant près de 12 hectares. Cet ensemble spectaculaire et visible du haut de la falaise émergeait des sédiments estuariens dans les années d’après-guerre. Complètement envasé, il n’est réapparu à Alain L’Homer et A. Petra qu’en 1992 par l’effet de l’érosion littorale. Catherine Bizien-Jaglin a survolé ces pêcheries en septembre 2000 et en fait état pour la première fois en 2001. Le premier indice de l’ancienneté de cet ensemble est fourni de manière très indirecte, dans la charte de fondation de l’abbaye de La Lucerne en 1162, qui mentionne que le seigneur Guillaume de Saint-Jean fit don, à Saint-Jean même, d’une pêcherie ainsi mentionnée : « la place d’une pêcherie à la mer et toute la dîme de toutes les pêcheries et des seiches venant de la pêche en bateau ». Rien n’indique toutefois qu’il s’agisse du même groupe de pêcheries.

     

    Pêcheries (10)

     

    Une première datation par le carbone 14 réalisée sur un échantillon provenant d’un pieu de chêne situé au sein d’une des digues les plus anciennes du site a donné environ 700 après J.-C. Il apparaît donc que, dans ce cas précis, des travaux de restauration et d’entretien plus récents n’ont pas fait disparaître les vestiges de l’installation primitive. Le relevé général des vestiges est en cours grâce à un appareil GPS différentiel.
    sources:Wiki et lebosco
    La maison de la Baie

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.