• La pêche à la senne

                     La pêche à la senne.

     

    Il y a une ancienne méthode de pêche, aujourd’hui devenue complètement illégale et interdite,

    qui a été pratiquée sur Oléron depuis très longtemps. Cette pêche utilise un filet, nommé la « senne » (ou encore la « seine ») à mailles régulières. Le haut du filet est muni de flotteurs, tandis que le bas est plombé. De chaque côté du filet, sont attachés deux bâtons. La taille de la senne dépend principalement du nombre de personnes qui la tirent. Il faut être au moins deux ou trois de chaque côté pour tirer suffisamment vite pour que le poisson n’ait pas le temps de s’échapper. Du côté de Boyardville, on utilisait même des chevaux pour tirer d’immenses sennes qui rapportaient des dizaines de kilos de soles. Je vous propose de vous montrer en photos, une reconstitution d’une partie de pêche à la senne. Mais il faut imaginer la façon dont les anciens oléronnais la pratiquait. Cette pêche se pratiquait plus souvent la nuit, lorsque le poisson se rapproche près de la côte. Les pêcheurs étaient habillés chaudement, avec des pulls qui, une fois mouillés, conservaient la chaleur du corps.

     

    La pêche à la senne (1)

    La pêche à la senne (2)

     

    Pour cette démonstration, deux personnes seulement manipuleront une petite senne, sortie d’un grenier. La première entre dans l’eau, perpendiculairement au rivage, tenant le bâton bien droit dans l’eau. Le bas du filet doit frotter sur le sol, empêchant les poissons (surtout les poissons plats) de se glisser sous le filet. On voit très bien les flotteurs qui vont permettre au filet de se tenir bien droit dans l’eau, tandis que les plombs en bas du filet roulent sur le sable.
    En continuant d’entrer dans l’eau, toujours perpendiculairement à la côte, les deux pêcheurs tendent le filet. Ils effectuent ensuite un mouvement tournant qui va amener le filet parallèlement au rivage.Toute cette partie de la pêche peut se faire lentement, le poisson ne s’est pas encore rendu compte de la présence du filet. Il est donc nécessaire de ne pas faire de bruit, ce qui est encore plus vrai la nuit.Il en va tout autrement lorsqu’il s’agit de ramener le filet vers la plage. Il faut aller très vite, et c’est pour cette phase de la pêche qu’il est nécessaire d’avoir plusieurs personnes par bâton.En ramenant le filet, les deux pêcheurs se rapprochent l’un de l’autre, de façon à former une poche, la « senne », avec le filet. C’est dans cette poche que se retrouvent les poissons. On tire le filet jusque sur le sable de la plage, suffisamment haut pour que le flux ne vienne pas mouiller le bas du filet, et permettre aux poissons de s’échapper.

     

    La pêche à la senne (3)

    La pêche à la senne (4)

     

    Dans cette séance de démonstration, la remontée a été très lente, aussi n’y a-t-il aucun poisson dans le filet (la pêche à la senne étant interdite, ce n’était pas le but de cette séance). Mais les anciens prenaient principalement des soles et des bars. Lorsqu’un banc de mulets s’approchait de la plage et entrait dans le filet, c’était à la brouette que les habitants des villages proches venaient le chercher !

     

    La pêche à la senne (6)

    La pêche à la senne (5)

     

    Comme on le voit sur cette carte postale ancienne, il fallait être nombreux pour ramener très rapidement le filet, ce qui permettait d’emprisonner de nombreux poissons. Ils ne sont pas moins de trois personnes de chaque côté pour cette partie de senne, qui se déroule sur la plage de Boyardville.

    source de l’article: http://www.cabuzel.com/oleron/

     

    La pêche à la senne (7)

     

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.