• Le barreleye fish

                                   Le barreleye fish

     

    Macropinna microstoma est une des espèces de poisson du genre Macropinna, de la famille des Opisthoproctidae (poissons dits « barreleye » par les anglophones) du Pacifique Nord. Il était connu de la science parce que pêché en 1939 par Chapman, mais n’a été photographié vivant qu’en 2004, et filmé plus récemment encore. Les dessins ou photos anciennes ne présentent pas son dôme transparent car celui-ci éclatait avec la remontée du poisson en surface.

     

    Le barreleye fish (2)

     

    Cette espèce, qui semble rare, a un système oculaire tout à fait unique. Ses deux gros yeux (tubulaires, ou plus précisément en forme de petits tonneaux) sont protégés à l’intérieur du crâne par une sorte de filtre vert. Ces yeux observent l’environnement du poisson au travers de son crâne qui est totalement transparent (pour sa partie supérieure). Sous le « dôme » translucide, la cavité crânienne est emplie d’un gel transparent et dans cette cavité les yeux sont mobiles. Ils peuvent se tourner vers l’avant ou vers le haut. Il a une petite bouche et son corps est presque partout recouvert de grandes écailles.

    Taille : 15 cm queue comprise

    Habitat :

    Cette espèce a été trouvée à des profondeurs de – 500 à – 1015 m. (- 16 m dans un cas)

    Reproduction :

    Poisson ovipare. Sa larve est planctonique.
    Le barreleye fish (1)

    Comportement :

    Ce poisson a pu être filmé à une profondeur d’environ 600 mètres (2000 pieds) à 800 mètres (2600 pieds), dans son environnement, au large de la Californie. Il s’y montrait souvent presque immobile dans l’eau ; On suppose que ces yeux particuliers lui permettent de détecter de petites proies par leur silhouette sous une faible lumière venant du haut ou de détecter des proies qui émettent de la lumière. Il peut aussi détecter ses prédateurs.

     

    Le barreleye fish (3)
    Bruce Robison et Kim Reisenbichler chercheurs à l’Aquarium de la baie de Monterey (Californie) ont observé que lorsqu’il a détecté des proies telles que les petits poissons ou des méduses, ses yeux semblent tourner comme des jumelles, de face, alors qu’il tourne son corps de l’horizontale à la verticale pour se nourrir.Robison a émis l’hypothèse que M. microstoma pouvait ainsi voler la nourriture de siphonophores.

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.