• La lecture des écailles ou la scalimétrie

       La lecture des écailles

     

    La lecture des écailles (1)

     

     

     

            La lecture des écailles ne relève pas de la voyance !!!

                                  Sur la coupe d’un tronc d’arbre on peut, en comptant les cercles annuels, calculer l’âge de l’arbre, en additionnant les zones inégales de croissance de bois serré d’automne et de bois tendre de printemps.
    Il en est à peu près de même pour les poissons.
                                  On sait que chez la plupart d’entre eux il y a corrélation entre la croissance de l’animal et celle des écailles qui le couvrent. En effet, la croissance n’est pas (le plus souvent) uniforme, mais marquée par des périodes d’activité et de repos, correspondant à un été et un hiver physiologiques.
    On sait, par exemple, que pour la carpe, la tanche ou le gardon, on compte l’âge par étés puisque ces poissons ne trouvent leur nourriture que le printemps et l’été, et s’engourdissent l’hiver. Il y a donc dans l’année une période de forte croissance, quand la nourriture est abondante, et une période de croissance ralentie, quand celle-ci se fait rare.

     

    La lecture des écailles (2)

     

                                  Les alternances de croissance peuvent être décelées soit sur l’otolithe, qui est un petit os rond de l’oreille interne du poisson et qui, en coupe, montre ses accroissements successifs, soit sur les écailles.
                                  En effet, le nombre d’écailles d’un poisson donné reste constant pendant la vie de ce poisson et, par conséquent, la croissance d’une écaille est proportionnelle à la croissance du sujet.
                                  La croissance du poisson (ou plutôt de certaines espèces, et notamment le saumon) laisse sur ses écailles des lignes caractéristiques (lignes hivernales en particulier).
                                  Il est donc possible, tout d’abord, de connaître son âge et, ensuite, par une simple règle de proportionnalité et connaissant sa taille au moment de la capture, de déduire sa taille aux diverses époques de sa vie qui ont laissé des traces sur l’écaille (notamment les lignes hivernales) et, par conséquent, d’obtenir une courbe de croissance du poisson.
                                  Un mot sur la structure de l’écaille.

                                  En coupe, elle présente une couche inférieure fibreuse et une couche supérieure d’hyalodentine, c’est-à-dire d’une substance analogue à l’émail des dents. Sur le poisson, une partie de l’écaille est externe ; c’est celle que nous voyons sur le poisson non écaillé, et la plus grande partie est interne et contenue dans un repli de peau.
    La partie externe de l’écaille est illisible, car le plus souvent usée par le frottement de l’eau.
    C’est sur la partie interne, bien protégée par la peau, que la couche d’hyalodentine porte les stries caractéristiques souvent visibles à l’œil nu.

    La lecture des écailles (3)

     
    Arrachons par exemple une écaille du gardon ou de la perche.

                                  Nettoyons-la soigneusement des débris de peau, soit en la frottant entre les doigts, soit en la grattant avec un scalpel, et examinons-la par transparence, à l’œil nu à la loupe, en la tenant par la partie externe. Nous verrons nettement apparaître les stries hivernales et, avec un peu d’habitude, nous pourrons lire l’âge du poisson.
    Pour obtenir la courbe de croissance du poisson, il faut disposer d’un petit appareil de projection qui donnera une image fortement agrandie de l’écaille sur un écran portant une règle graduée en centimètres sur une des faces verticales. On règle la projection de manière qu’une ficelle fixée à l’angle opposé au côté de la règle graduée et passant :
    1° Par le centre de l’écaille, passe également par le 0 et la règle ;
    2° Tangentiellement au bord extérieur de l’écaille, passe également par la graduation de la règle donnant en centimètres la longueur du poisson.

    La lecture des écailles (4)
    Dans le cas du schéma ci-contre, la carpe capturée à 30cm à son troisième été, mesurait par conséquent 22cm à son deuxième été et 10cm à son premier été. Tel est le principe de la lecture des écailles ou scalimétrie qui est à la base de l’étude de la croissance des poissons d’eau douce et de mer.

     
                                  La scalimétrie a été très poussée sur les clupéidés (harengs, sardines, anchois) et sur les saumons. Sur ces derniers, on peut notamment déceler les marques de ponte qui laissent de fortes éraillures mal cicatrisées sur l’écaille en raison de l’amaigrissement du sujet par la ponte : le saumon, en effet, utilise ses réserves et notamment les parties utiles de ses écailles pour constituer la substance de ses œufs ou de sa laitance.

     
                                  La scalimétrie a encore été peu poussée sur les poissons d’eau douce, dont les écailles sont plus ou moins lisibles. Et c’est dommage !
    Mais n’est-il pas passionnant, pour le pêcheur sportif, de connaître l’histoire de la vie du plus beau poisson qu’il a capturé ? N’est-il pas d’un haut intérêt de déceler dans une rivière ou un lac les bonnes et mauvaises années de croissance pour pouvoir éventuellement y remédier ?

    La lecture des écailles (5)

     

    Un lien vers un site ami qui traite du même sujet.

     

     

     
     

     

     

     

     


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.