• La lamproie

    La lamproie

    II semble que les lamproies soient des vertébrés assez dégradés. Bien que classées parmi les poissons, elles paraissent tenir à la fois des sangsues, des serpents et des vers. De ces derniers, elles ont la forme générale, la flexibilité et la viscosité de la peau ; des serpents, le mode de progression ; des sangsues, la bouche-ventouse. Leur système ganglionnaire n’est pas localisé, et elles subissent certaines métamorphoses, tout comme de nombreux crustacés et insectes. Le savant naturaliste Müller les a rangées dans la division des « Cyclostomes » ou poissons à bouche circulaire.

    Par leur aspect extérieur, elles rappellent les anguilles, mais elles manquent de nageoires pectorales et ventrales. Elles possèdent deux dorsales, une anale et une caudale arrondie. Ces nageoires sont basses et molles.
    Ce qu’il y a de plus remarquable chez la lamproie, c’est sa bouche, qui est ronde et entourée d’une grosse lèvre, dont l’anneau est soutenu par un cartilage flexible. Sa forme générale simule un entonnoir conique, tapissé de dents acérées et crochues. Au fond, s’aperçoit une grosse langue, très mobile, qui constitue le piston de la ventouse.

     

    Lamproie (1)

     

    L’œil est petit, immédiatement suivi de sept petites ouvertures elliptiques par lesquelles pénètre le liquide qui va baigner les branchies, non visibles de l’extérieur. La peau est lisse, visqueuse, sans écailles apparentes. Ces singuliers poissons sont des migrateurs anadromes et non catadromes comme l’anguille. Ils vivent dans toutes nos mers et remontent nos fleuves et quelques-uns de leurs affluents pour y frayer en eau douce.
    La progression en avant de la lamproie s’effectue par une sorte d’ondoiement latéral du corps analogue à la reptation des serpents. Cette progression est assez lente en courants rapides et comporte de nombreux arrêts, pendant lesquels l’animal se fixe aux corps étrangers par sa bouche-ventouse. Les barrages d’assez faible hauteur arrêtent les lamproies, et il ne semble pas qu’elles empruntent la voie de terre pour les contourner, comme le font parfois les anguilles. On a assuré que, pour gagner avec moins de fatigue les lieux de frai, elles s’embusquaient au passage des aloses ou des saumons, se fixaient à leur corps par leur puissante ventouse et se laissaient ainsi entraîner, pour se libérer aux lieux propices. Les lamproies ont la vie très dure et résistent à des blessures ou mutilations qui tueraient infailliblement tout autre poisson, ce qui les rapproche encore des vers.
    Nous avons, en France, trois espèces différentes de lamproies, qui, relativement peu connues de nos pêcheurs, qui ne les prennent jamais à leurs hameçons, méritent quelques mots de description.

     

    Lamproie (2)

    La lamproie marine (Petromyzon marina).
    Elle est la plus grande de toutes. Elle mesure communément de 70 à 80 centimètres et peut peser de 3 à 4 livres environ. Le dos est verdâtre, les flancs gris avec de nombreuses marbrures brunes ; ventre blanc jaunâtre.

     

    Lamproie (3)

     

    Cette espèce passe la plus grande partie de sa vie en mer ; elle remonte, au printemps, dans tous nos fleuves pour y frayer : dans la Loire, jusqu’en amont d’Orléans ; dans le Rhône, au-dessus de Valence, et dans la Seine et la Garonne assez haut aussi. La ponte se fait en mai-juin, dans les sables des bords où les lamproies creusent une fosse, comme la truite le fait dans les graviers. En juillet, ces poissons, épuisés par le frai, redescendent vers la mer, et on assure que bien peu y parviennent.

    La lamproie fluviatile (P. fluviatilis).
    Même moule que la précédente, mais de moitié plus petite : longueur, 45 cm environ ; poids, 700 à 800 grammes. Corps gris foncé uniforme sur le dos, gris clair, parfois rosé, sur les flancs, ventre blanchâtre.

    Lamproie (4)

     

    Comme l’autre, elle vient de la mer, mais remonte plus haut et reste plus longtemps. On la trouve dans la partie inférieure de quelques affluents. Fraie un peu plus tard et ne redescend en mer qu’en octobre, en même temps que les anguilles. Se nourrit, comme la première, de petites proies vivantes et de cadavres en décomposition. Elle est considérée comme peu nuisible aux espèces indigènes.

    La lamproie de Planer (P. Planeri).
    La plus petite des trois ; longueur d’un adulte : 25 cm environ ; poids : 200 à 250 grammes. Même genre de vie ; remonte encore plus haut et jusque dans certains ruisseaux de plaine, mais en nombre limité. Elle y fraye dans les sables vaseux et se nourrit des proies infimes qu’elle y trouve.

    Lamproie (5)

     

    La chatouille, dont nos pêcheurs se servent pour appâter leurs cordeaux de nuit, est considérée comme la première forme, la larve de la lamproie de Planer. Elle éclot et vit dans le sable pendant trois ans environ avant de se transformer.
    Elle mesure, de 10 cm à 12 cm avec la grosseur d’un petit crayon. Elle est aveugle, et sa bouche, sans dents, n’est pas organisée pour la succion. Elle a la vie très dure, s’agite très longtemps à l’hameçon qui la retient, et elle est fort prisée des gros poissons.
    Certains savants ont avancé que cette lamproie passe toute sa vie en eau douce, et elle a été même considérée comme une deuxième forme larvaire de la lamproie fluviatile. Jusqu’à présent, rien de formel et de précis n’a été prouvé à cet égard. Que de lacunes dans la science halieutique !
    Comme tous les migrateurs, les lamproies deviennent chez nous de plus en plus rares. On accuse les barrages et la pollution des eaux. Sans doute cela y est pour quelque chose, car ce ne sont pas nos pêcheurs qui en sont la cause : la lamproie ne mord pas à la ligne ; sa bouche n’est pas conformée pour cela.

     

     

    Un commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

    1. lebosco
      Publié dans 21/10/2014 le 21:34

      Bonjour, il n’y a aucun souci.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.