• Scorpions du Cotentin

    Le GRETIA, Groupe d’Etudes des Invertébrés Armoricains, achève actuellement un étonnant travail de recensement des invertébrés de notre littoral, et plus particulièrement le nord-Cotentin. En effet sur l’estran des côtes bas-normandes, on compte environ 30 000 espèces d’invertébrés, pour 2000 espèces en flore. Il faut être conscient de la richesse de cette vie sur nos plages : insectes, araignées, mollusques, mille-pattes…
    Ce sont des bestioles dont le rôle écologique est essentiel. Ils constituent une chaîne alimentaire, broient les algues, produisent des sels minéraux, aident la flore à fixer les dunes, contribuent à éliminer la pollution…

    Bestiole sympathique, telle le Collembole Anurida Maritima

    Scorpions du Cotentin (1)

    Scorpions du Cotentin (2)

    Scorpions du Cotentin (3)

    Et enfin nos scorpions du Cotentin, bien à nous, qui s’appellent Pseudoscorpion Néobisium Maritima

    Ces membres de la classe des Arachnides ont davantage de caractéristiques communes avec les araignées et les acariens que les insectes. Ils sont aussi proches parents des véritables scorpions, mais leur taille est plus petite et l’extrémité de leur abdomen est différente.

    Scorpions du Cotentin (4)

    Les pseudoscorpions ont deux ou quatre yeux, parfois aucun. Leur coloration varie de beige jaunâtre à brun foncé. Les pinces sont parfois noires.

    Scorpions du Cotentin (5)

    Les pseudoscorpions mâles produisent un spermatophore, c’est-à-dire une enveloppe contenant le sperme. Après divers comportements qui varient selon les espèces, la femelle introduit la semence dans son orifice génital et la fécondation a lieu. Elle utilise des débris végétaux pour fabriquer un nid qu’elle tapisse de soie.

    Scorpions du Cotentin (6)

    Les œufs sont pondus dans une petite poche de soie qui reste attachée au corps de la femelle. Celle-ci produit de 2 à 50 jeunes par portée (le plus souvent moins de 25). Les jeunes muent en général quatre fois avant d’atteindre le stade adulte.
    Selon les espèces, les pseudoscorpions atteignent la maturité en plus ou moins un an ou en quelques années. Leur durée de vie est d’environ deux à cinq ans. Sous nos latitudes, ces petits animaux passent l’hiver dans un abri de soie souterrain.
    Certaines espèces peuvent produire plusieurs générations par année.

    Certains vivent en eau salée, sur les algues de la zone intertidale.

    Ces arachnides sont carnivores et se nourrissent généralement de petits insectes, dont des collemboles, des fourmis et divers hyménoptères, ainsi que de petits arthropodes, comme des acariens.

    Certains se déplacent aussi par bateau, cachés dans diverses marchandises.

    Scorpions du Cotentin (7)

    Les grosses pinces de ces arachnides ressemblent à celles des scorpions, mais elles portent à leur extrémité (généralement sur la partie mobile) une glande à venin bien développée. Cette glande peut se trouver sur les deux pinces ou sur une seule. Les pseudoscorpions utilisent ces appendices pour attraper leurs proies, qui sont paralysées ou tuées par le venin.

    Scorpions du Cotentin (8)

    La proie est ensuite passée aux chélicères, ces deux crochets situés de chaque côté de la « bouche », qui déchirent son exosquelette. Comme chez les autres arachnides, une partie de la digestion a lieu à l’extérieur du pseudoscorpion, dans le corps de la proie. Il aspire donc des substances prédigérées. Des poils filtrent les particules solides pour ne laisser passer que les liquides. Quand il y a trop de particules accumulées, le pseudoscorpion les éjecte. Après le repas, il nettoie ses pièces buccales complexes à l’aide de structures en forme de peignes situées sur les chélicères.

    Contrairement aux véritables scorpions, les pseudoscorpions n’ont pas d’aiguillon rempli de venin. Ils ne piquent pas et ne mordent pas. On les considère comme inoffensifs, tant pour les humains que pour les animaux domestiques.

    Scorpions du Cotentin (9)

    On voit rarement des pseudoscorpions dans la nature, à cause de leur petite taille et de leurs mœurs plutôt secrètes.

    En certains endroits, on rapporte des densités de plusieurs centaines d’individus par mètre carré.

    Scorpions du Cotentin (10)

    Avouez que vous avez eu quelque appréhension ou aversion ou, tout simplement peur! Mais n’oubliez pas, vous verrez maintenant le haut de la laisse de mer sous un autre regard !!!

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.