• La Neire Mâove et le patois

    La Neire Mâove et le patois

     

    La Neire Mâove grile ilo liement
    D’aveu ses veiles oû couop du vent.
    Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées
    Touos nouos, j’admirouns à la veî.

    Et la Neire Mâove
    Ol a prins s’n évo
    Dauns la flleu de brôe
    Qui nous balie les joes
    Promais que le vent seit byin allaunt,
    Cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
    Sitôt que no passe le naez de Carteret,
    Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.

    La Neire Mâove glisse là-bas, majestueusement,
    Avec ses voiles gonflées de vent.
    Elle est très fière dans les embruns.
    Nous tous, on la regarde avec admiration.
    Refrain :
    Et la Neire Mâove,
    Elle prend son envol
    Dans la fleur d’écume
    Qui nous mouille les joues
    Quand le vent est bon,
    Ca claque du tape-cul au taille-vent.
    Dès que l’on franchit le nez de Carterêt,
    Jersey danse au bout du beaupré.

    Chanson extraite d’un des CD de Magène ( www.magene.com )


    Le rot de la mé de Cotis-Capel

    Quaund lus gens sount partis, ch’est pouor les syins qui restent
    Qué l’ rot d’ la mé, l’hivé, s’amounte dauns nous hammiâos.
    Oh mé, fais dounc graund brit. Ch’est pouor les syins qui restent.
    Travâlent-i, ou groument-i, meurent-i dauns lus batiâos ?
    Brit d’ la mé, nyit d’hivé, cha qué j’ te troue terriblle !
    Brit d’ la mé, seir d’avri, t’es itou men amin.
    T’entenre sauns trembllaer-nun, pouor mei ch’est impossiblle,
    Ch’est coume le rabâchement d’eune horreu d’ litanîn.
    J’ m’en vyins guettyi la mé qui s’ nînt dauns la brunâle,
    Dreit coume l’iâo s’aneirchit, à la timbaée d’ la nyit.
    Oû pus p’ tit écllipet, dauns m’n idaée touot tressâle,
    J’ pense és péris d’hiyis, j’ pense és pêqueus d’annhyi.
    Men quoeu est chens haôt-bas quaund s’entesuuzent vagues su vagues
    Qui s’ mâtent coume des poulans et cllaquent à graunds couops d’ran
    Su la falaise qu’o lèquent, et qu’o ppèlent, et qu’o haguent,
    Mais la falaise, croquie, ritounne en dépuraunt.
    Mei, j’entends la buulouose, jé sais qu’ la mé affole,
    Et qu’i y-a d’ la minsère dauns ma taête, dauns men quoeu.
    Mei, j’entends l’ rot d’ la mé qui chaunte, et rit, et niole.
    Fais dounc du brit la mé, j’creis qu’ ch’est pouor mei touot seu


    La graisse a baté

    Je n’le dis pas à tout l’monde, mais j’crais bi que j’vais hériter bin’acoup. Vère, m’n’oncle Loustalot, de Crianches, se meurt du rfré qu’il a attrapé y a trente-chinq ans dans lport de Grinville.
    Sa maladie a traîné, traîné, mais viyous-bi, faut pas mains qui vine un bouon coup, ch’est-y pas vrai ? Le merchin l’a condamné hier au sé !
    Il n’a pas attrapé san ma coume tout l’monde, m’noncle Loustalot, et ch’est bi d’sa faôte s’il est dans de si mauvais draps au jour d’angni.
    Faut vos dire qu’il a tréjous été un p’tit brin gniot, et tréjous prêt à écouter les mauvais conseilleux. Ch’est pourqui, un jou qu’y iétait resté deux douzaines de melons au marchi de Bréha, y les r’chergi sus s’n’âne (car y n’était pas assez riche por avé un’ méringote) et y décidit en li-même de pousser jusqu’à Grinville pou les venre !
    Qui qui n’fut pé de c’t’avis-là, ch’est l’âne quétait d’jà venun à pi de Crianches en deux jours, et qui n’avait ri goûté de la journée.
    Oucin, le pouor ministre fit toute la route à petits pas, en secouant les orelles et en allant bûtter du nez dans toutes les barrires qu’il veyait à drète et à gaôche de la grind route.
    Si m’n’oncle n’avait pas z’eu san bâton d’meslier bi sué dans la qu’minée et vernin sous I’fumi d’brebis, janmais y n’seraient débarquis à Grinville.
    Quand il arrivit su l’port aveu s’n’âne, il le laissit butter un miot pour guetti des matelots qui gaudronnaient yeux baté. Et, coume ill’tait cuyeux d’excès, il voulut savé c’qu’y faisaient.
     » Qué qu’vos faites, mocha ? qui yeux dit.
    – J’calfatons not’ baté pour qu’y marche mus sûs la mé
    – Ah ! mocha, cha l’fait mus marchi de l’trouilli d’tous bords aveu c’te sal’té qui bout dans vot’marmite ?
    – Si no n’y en mettait pas, dit yun des calfats, l’baté n’voudrait jamais démarrer du quai!
    – Eh bi, qu’répounit m’n’oncle, si vot’ merchinne n’coûte pé trop chi, vous seriez bi n’aimable d’en barbouilli m’n’âne qui devit feignant. J’iécorche la croupe à coups de bâton pour le faire s’mouver, et ch’est à peine si bouge !
    – Tis, mon bouonhomme, j’vas yen donner un’cuilli-à potée pour ri, et cha li fera pus d’effet qu’un vométique de pipe-à-péca de dix sous qu’t’acheterais tchu l’apothicaire !  »
    M’n’oncle, coume de juste, profiti bi vite de l’occasion mais quand l’âne sentit la piaque de goudron bouillant li coller és fesses, y partit à raide pid de galop, la coue en trompette par les rues de Grinville, en cahotant et triboulant ses melons de tribord et de bâbord.
    Mais dème, Loustalot fut bi gêné de l’vais parti d’çu train!
     » Comment que j’vas l’rattraper ? qu’y s’écriit.  »
    Pis y s’ravisit et y dit aux calfats, qui riaient à en écaler yeux braies :
     » Mocha, garçons, au lieu de rire de man malheux, vous devriez avé pitié de mé et me graissi le bas du dos aveu de la graisse à baté pour me donner l’pas d’âne ; j’rattrap’rais mon bourri !  »
    Vla qui s’met en position!
    Le calfat attrapit sa cuilli à pot et v’lan, mais mon pour bouonhomme d’oncle s’était tourné du côté de la mé au lieu de mett’ son nez du côté d’la ville. Cha fait que quand y partit coumme s’n’âne, subito presto, y saôtit dans l’bassin, où qu’il attrapit son ar’fred !
    Vère, et un ar’fred qui le jetit à l’hôpital de Grinville, où qu’il en s’rait mort bi seur, si la merchine des calfats qu’il avait prinse avant san bain n’avait enco z’eu san effet après. Dème, Y faut bi qu’cha sai quéru pour faire marchi les batés ! Mais ded’pis çu jou-là, m’n’oncle n’a jamais reveu sa belle heure. C’que ch’est que d’nous tout d’même !
    François Enault

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.