• Le poisson vipère

    Dans les profondeurs abyssales, vivent des prédateurs peu connus : les poissons-dragons.
    Ces poissons à l’allure terrifiante évoluent à grande profondeur. Cependant, bien que l’on parle communément des habitants des abysses, le vrai désert abyssal ne commence qu’à partir de 4 000 m environ.
    Les poissons-dragons évoluent jusqu’à 2 800 m de profondeur environ. Parmi ces poissons au physique peu engageant, les mieux connus sont la hache d’argent, le chauliodus ou l’idiacanthus.

     

    poisson vipère (1)

     

    Ces poissons portent généralement des organes lumineux appelés photophores.
    Les organes lumineux de ces poissons servent notamment à piéger les proies en les attirant. C’est également un bon camouflage qui les dissimule face à la faible lumière venant de la surface.
    Les photophores attachés à un barbillon mentonnier ou à un rayon d’une nageoire sont des leurres destinés à attirer poissons et crevettes.
    Chauliodus ou poisson vipère.
    A ce jour, 9 espèces de poissons vipères sont répertoriées. Réparti dans tout l’océan Atlantique.
    Selon les espèces, il mesure de 15 à 25 cm de long. Sa morphologie est typique des Stomiiformes : une gueule démesurée et un long corps effilé.

     

    poisson vipère (2)

    poisson vipère (3)

     

    Le poisson vipère vit dans les eaux tropicales tempérées du monde entier. Il peut aller jusqu’à 2 800 m de profondeur.
    La nuit, il nage vers le haut dans les eaux peu profondes ( moins de 600 m) où la nourriture y est plus abondante.
    Il possède des organes lumineux sur le ventre, les flancs, les joues et autour de l’oeil.

     

    poisson vipère (4)

    poisson vipère (6)

     

    Il a les dents les plus longues de tous les poissons des océans et peut être identifié par sa grande bouche et un grand aileron dorsal (mesurant jusqu’à la moitié de la longueur de son corps).
    Il est d’une couleur argent-bleu avec des ailerons pâles.
    Ses dents de devant de la mâchoire supérieure lui servent à achever sa proie.
    Son anatomie est plutôt curieuse. En effet, son cœur et la plupart de ses organes vitaux sont placés entre les « branches » de son énorme mandibule inférieure.
    Le corps de l’animal ne servirait donc qu’à la fonction digestive.
    De fait, ce poisson est capable d’ingurgiter des proies bien plus grosses que lui.

     

    poisson vipère (5)

    poisson vipère (7)

     

    Cependant, son menu se compose essentiellement de crevettes qu’il happe après les avoir attiré grâce à ses organes bioluminescents disposés le long de ses flancs. Il en possède environ 350 tout le long du corps.
    Du fait de la difficulté d’accès des eaux profondes, on sait peu de choses sur la structure des populations et leur comportement reproductif.
    On sait cependant que l’hermaphrodisme est commun. C’est une adaptation à un milieu où les membres de chaque espèce se rencontrent assez rarement.
    Les œufs et les larves dérivent en surface avec le plancton, puis les jeunes descendent en profondeur.

     

    poisson vipère (8)

     

    Nous sommes très loin de connaître toutes les espèces qui peuvent peupler les fonds marins. Des milliards de ces poissons vivent dans nos océans.
    Il est probable que ces organes lumineux ne servent pas uniquement à attirer les proies. Peut-être qu’ils servent également aux poissons à se reconnaître entre eux, notamment au moment de la reproduction.

     

    poisson vipère (9)

     

    Il nous reste encore beaucoup à apprendre sur ces habitants des abysses. Malheureusement, il est fort probable que de nombreuses espèces disparaissent à cause de la pollution avant même que leur existence ne soit connue.

     

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.