• L’axolotl

    L’Axolotl (Ambystoma mexicanum) est une espèce d’urodèles de la famille des Ambystomatidae.
    L’axolotl (Ambystoma mexicanum) est un urodèle originaire du Mexique. Le terme axolotl (ou axolote en espagnol mexicain) est d’origine nahuatl ; il se compose de « atl » signifiant eau et de « xolotl » pour chien. Il a aussi pour origine le nom du dieu de la mort aztèque nommé Xolotl, qui selon la légende prit la forme de cet amphibien afin d’échapper à l’exil et fut tué pendant sa tentative.

     

    axolotl (1)

     

    Il fait partie des animaux ayant la capacité de passer toute leur vie à l’état larvaire sans jamais se métamorphoser en adulte (on parle de néoténie), et donc de se reproduire à l’état larvaire (pédogenèse). Il est de ce fait très étudié en biologie animale. Pendant longtemps, on l’a confondu avec Ambystoma tigrinum (ou salamandre tigrée) dont on pensait qu’il s’agissait de la forme adulte. La salamandre tigrée n’est qu’occasionnellement néoténique, alors que l’axolotl l’est généralement dans la nature.

     

    axolotl (2)
    Une autre des particularités qui ont fait la célébrité de l’axolotl est sa capacité à régénérer des organes endommagés ou détruits. L’axolotl est non seulement capable de reconstituer par exemple un œil manquant, mais il peut aussi recréer certaines parties de son cerveau si elles ont été détruites. Sa tolérance aux greffes est également exceptionnelle.

     

    axolotl (3)

     

    À l’état larvaire, ils possèdent des yeux sans paupières ainsi que des branchies à la forme très particulière de fougères, réparties habituellement en deux groupes de 3 houppes branchiales, de part et d’autre de la tête. Celles-ci ne sont pas internalisées (comme elles le sont chez les poissons ou tétards). L’axolotl possède également des poumons et peut se servir de sa peau pour respirer.

     

    axolotl (4)

     

    Les axolotls sont très proches des salamandres tigrées, leurs formes adultes comportent de nombreuses similitudes, étayant un peu plus la théorie selon laquelle les axolotls seraient issus d’une ramification de cette espèce.
    La métamorphose de la larve axolotl en adulte se traduit par l’atrophie de ses branchies, le développement de ses poumons (rachitiques à l’état larvaire), et par une série de transformations de son corps lui permettant de quitter son milieu exclusivement aquatique. Cette métamorphose est très rare dans des conditions naturelles. Elle est parfois provoquée par une baisse radicale du niveau des eaux accompagnée d’un réchauffement important.
    En captivité et avec un axolotl en pleine forme, il suffirait de le déplacer d’un milieu purement aquatique vers un vivarium dans lequel on réduirait progressivement le niveau de l’eau. Menacé d’assèchement, il arrêterait alors d’utiliser ses branchies et privilégierait ses poumons. Ainsi sur plusieurs semaines, il se métamorphoserait petit à petit en adulte. Une précaution à prendre est de maintenir une atmosphère humide dans le vivarium, en y vaporisant de l’eau par exemple (via un brumisateur).

     

    axolotl (5)

     

    La perte de la capacité à produire d’eux-mêmes les hormones nécessaires à cette transformation résulte du caractère néoténique de cet animal. De plus, ce changement réduit considérablement l’espérance de vie de l’axolotl, si tant est qu’il y survive. Un axolotl au stade néoténique peut vivre de 10 à 15 ans. Un individu au stade adulte, lui, ne dépassera guère les 5 ans.

     


     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.